^

Notre classe

"Sommes-nous obligés de niveler par le bas ?!"

« J’ai la boule au ventre ». Le témoignage poignant d’Elodie, conductrice de RER et future gréviste

Elodie est fille et petite-fille d'agent RATP. A ses 20 ans, elle y est elle-même embauchée, poursuivant avec fierté la tradition familiale. Mais au fil du temps, elle voit les conditions de travail se dégrader et le climat devenir de plus en plus délétère. Aujourd'hui, elle se prépare à une grève illimitée et nous livre un témoignage poignant.

mercredi 25 septembre

"Je suis Elodie, 38 ans, conductrice RER RATP. Issue d’une lignée RATPiste (grand-père poinçonneur, papa machiniste, maman agent station, tonton sur les voies...), je suis rentrée dans la « grande famille » en 2001. D’abord en agent station en jour/nuit pendant 4 ans, puis après les concours conductrice de métro (ligne 1 puis 13) pendant 12 ans, principalement en jour et maintenant au RER depuis bientôt 2 ans.

J’ai toujours connu cette entreprise et je l’ai vue évoluer (ou régresser diront certains)... Lorsque j’étais petite, j’allais à tour de rôle tantôt au guichet avec ma maman, tantôt sur le bus avec mon papa. Les "crêpes-party" et les tournois de belote faisaient régner une bonne ambiance et une cohésion entre les agents. L’esprit était bon enfant et la solidarité n’était pas un choix, c’était une évidence. L’union faisait la force.

Puis le temps des réductions de personnel, le rajout de contraintes professionnelles et personnelles aussi (devoir habiter de plus en plus loin afin d’avoir un logement décent, crédit voiture, conso, maison...) et un encadrement non issu de l’entreprise qui souvent n’a pas cette « culture de la boîte » et qui a, sur volonté de la direction, progressivement enlevé tous nos us et coutumes qui réunifiaient les agents. Cela s’est fait doucement mais la réalité est bien là. Diviser pour mieux régner est maintenant le slogan approprié.

"À nous de ne pas tomber dans le piège des « grands » qui soi-disant nous gouvernent !"

Aujourd’hui, j’ai la boule au ventre en m’imaginant mes anciens me regarder de là-haut perdre le dernier « avantage » pour lequel ils se sont battus. Mes parents me disaient : « ça sera pas facile car les horaires et jours de repos décalés, pour la vie de famille et ta santé c’est pas le pied. Mais le boulot est chouette et si tu es sérieuse tu évolueras. La paie est bien et surtout tu auras la sécurité de l’emploi ! Tiens bon car la retraite vaut ses sacrifices là ! »

On en est où aujourd’hui ?! Se lever à 3h du matin pour être à 4h15 au travail après 50km en voiture, une évolution trop souvent à la tête du client et non au mérite, des agents qui se tirent dans les pattes trop souvent, des contraintes et pressions professionnelles de plus en plus fortes ?? Elle est là la réalité... Alors bien sûr je ne me plains pas car il y a pire que moi, que nous. Mais il y aura toujours pire ! Sommes nous obligés de niveler par le bas ?!! De vouloir enlever les acquis aux autres plutôt que de se battre pour en faire gagner à ceux qui devraient en avoir plus ?! À nous de ne pas tomber dans le piège des « grands » qui soi-disant nous gouvernent ! À nous de rester attachés aux valeurs que nos anciens ont défendu.

L’entreprise c’est nous qui la faisons. Je n’ai pas honte de me battre pour défendre mes acquis car ils sont précieux tant par les sacrifices des anciens que par les nôtres à notre échelle aujourd’hui !

Le 5 décembre c’est pour bientôt. Comme beaucoup d’entre vous j’ai un crédit maison et voiture, et un petit garçon de 3 ans à nourrir... s’organiser pour tenir une grève illimitée va être compliqué (on est deux agents RATP en plus). J’espère que nous y arriverons tous. Mais si il y a bien un moment où il faut le faire je crois que c’est bien là. Après il sera trop tard."

Pour nous faire parvenir vos témoignages, coups de gueule... écrire à siterevolutionpermanente@gmail.com.




Mots-clés

Témoignage   /    Grève   /    RATP   /    Notre classe