^

Politique

Ni la Peste, ni le Choléra !

Jérôme Rodrigues : « C’est ni Le Pen, Ni Macron ! C’est blanc bonnet et bonnet blanc avec eux ! »

Dans un live ce jeudi 14 avril Jérôme Rodrigues a expliqué sa position quant aux deuxième tour des présidentielles. « Les LBD bleu Marine ou bleu Macron ca fait les mêmes dégâts ! » avant d’appeler à une abstention active et à reprendre la rue.

jeudi 14 avril

AFP - SAMEER AL-DOUMY

Une boussole dans la période : c’est la rue contre ceux d’en haut !

C’est sur sa page facebook que Jérôme Rodrigues aura pris le temps d’expliquer en profondeur sa position quant aux élections présidentielles et au second tour. « J’ai mal à la gueule depuis dimanche, j’ai pris le temps de réfléchir ». Il a rappelé l’ensemble du soutien médiatique et politique qu’aura reçu le candidat Macron de la part du régime tout au long de sa campagne « Tout était fait pour avoir ce résultat » avant d’avancer sa position « C’est ni Le Pen, Ni Macron ! C’est blanc bonnet et bonnet blanc avec eux ! Aujourd’hui pour des raisons personnelles, politiques, familiales, il m’est impossible de voter Le Pen » avant de rappeler le lien de la candidate avec la police, où la candidate du Rassemblement National est plébiscitée à plus de 70%.

« Je vous garantie que c’est les flics qui vont s’amuser à crever des yeux, ils vont se faire tout autant plaisir que sous Macron ! ».

A un moment où une partie de notre camp social pourrait être tenté par un vote « anti Macron » contre un nouveau quinquennat Macron, Rodrigues a aussi rappelé le caractère clairement anti social du programme de la candidate. « Quand vous lisez son programme , c’est encore pire ou identique que Macron, ne vous trompez pas ! De toute façon qu’on ait l’un ou l’autre au pouvoir on va en prendre autant dans la gueule ». Alors que la candidate du RN se cache derrière un discours faussement social, celle-ci fait tout pour montrer des gages de gouvernabilité aux grands patrons. C’est aussi pour ces raisons qu’elle a d’ailleurs effectué un rétropédalage sur son programme concernant les retraites, en annonçant souhaiter les conserver à 62 ans, une pièce de plus dans le projet néolibéral et autoritaire de la candidate d’extrême droite, à côté de sa claire opposition à augmenter le SMIC.

« 70% de ceux qui composent la police votent Le Pen »

Une façon pour Jérôme Rodrigues de rappeler une position qui défend l’abstention active. « Je vais pas voter pour un mec qui m’a crevé un œil ! On a aujourd’hui deux fascistes à nous proposer, un qui est plus capitaliste que l’autre, l’autre qui fait soi-disant plus sociale ! ». Une position salutaire à un moment où une partie du mouvement des Gilets Jaunes pourrait être tenté par un vote pour uen candidate dont le programme est clairement anti social et ouvertement réactionnaire, tout en rappelant que cela ne vaut en aucun cas un soutien à Emmanuel Macron qu’il a renvoyé dos à dos avec la candidate du RN. « Les lepenistes j’en ai croisé un paquet avec qui j’ai discuté. La moitié de ceux qui vont voter Le Pen ou qui ont voté pour elle ne sont pas forcément racistes. Ce sont des gens qui en ont marre et qui sont fatigués » « La haine n’est pas bonne conseillère ». Une position qui évolue pour Rodrigues alors que celui-ci avait défendu un vote « anti-Macron » lors des régionales de 2019 qui plaçait Jordan Bardella et Marine Le Pen devant LREM dans les sondages.

Il a notamment conclu son live en revendiquant la récente assemblée générale et l’occupation de la Sorbonne qui avait pour mot d’ordre « Ni Le Pen, ni Macron » en se félicitant de la possible mobilisation qui pourrait avoir lieu dans le mouvement étudiant. Avec Jérôme Rodrigues, d’autres figures des Gilets Jaunes comme Priscilla Ludosky ont soutenu la position d’une « mobilisation massive pour l’abstention ».

Un appel salutaire dans la période qui rappelle qu’on n’affrontera pas l’extrême droite dans les urnes en soutenant un candidat néolibéral et autoritaire comme Emmanuel Macron tout en rappelant le projet clairement anti-social de Marine Le Pen.



Mots-clés

Présidentielles 2022   /    Gilets jaunes   /    Marine Le Pen   /    Emmanuel Macron   /    Politique