^

Monde

Vers une troisième Intifada ?

Jour de colère en Cisjordanie et à Gaza

Yano Lesage Après plusieurs semaines d´escalade de tensions entre Palestiniens et l’occupant israélien, la résistance palestinienne se réorganise. Mardi 13 octobre, les palestiniens étaient appelés à un « jour de colère » auquel ils ont participé, à la fois depuis la Cisjordanie, où à Hebron, Bet El, Qalandiya et Bethléem, les coups de feu des soldats israéliens répondaient aux tirs de pierre des jeunes palestiniens, mais aussi dans la bande de Gaza, où des manifestants palestiniens s´en sont pris au point de passage d´Erez, forteresse israélienne dans la barrière de sécurité qui enferme Gaza, faisant au moins un mort et plusieurs dizaines de blessés côté palestinien.

mardi 13 octobre 2015

A Jérusalem-Est, deux palestiniens ont cette même journée ouvert le feu dans un bus, faisant plusieurs morts, marquant pour la première fois l´usage d´armes à feu côté palestinien. La réponse de la police israélienne a été immédiate, les deux palestiniens ont été tués sans sommation. Pour le moment, les attaques au couteau prédominaient, comme celle perpétuée cette même journée à Jérusalem Ouest. Mais, avec la décision de Netanyahou de donner un permis de tuer aux soldats israéliens contre n´importe quel lanceur de pierre, il semblerait que plus grand-chose ne retienne les opposants à utiliser les armes à feu, quand déjà l´usage d´une pierre peut coûter la vie.

La même journée, les palestiniens vivant dans l´Etat d´Israël ont appelé à la grève générale. Pour la première fois s´esquisse une mobilisation conjointe des palestiniens de Cisjordanie, de la bande de Gaza et ceux vivant dans l´Etat d´Israël. Depuis début octobre, la résistance palestinienne a pris multiples formes, des attaques au couteau visant des soldats ou des civils israéliens, mais aussi des attentats à la voiture piégée, tout comme les affrontements de la jeunesse aux forces de répression de Tsahal, ou encore la grève générale de solidarité de la part des travailleurs arabes de l´Etat d´Israël.

Pour répondre au réveil palestinien, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a déclaré qu’il faut arrêter net ce qui ressemble de plus en plus à la levée d´une troisième Intifada. Pour cela, il a promis mardi d´employer tous les moyens possibles pour liquider les velléités de résistance palestiniennes : "Nous utiliserons tous les moyens en notre possession pour ramener le calme". Après le permis de tuer octroyé à l´armée et les nouveaux bombardements sur Gaza censés répondre à des tirs de roquettes mais qui ont tué une femme enceinte et son enfant, on peut craindre le pire.

Eléments nouveaux qui apporte de quoi parier sur la reprise d´un mouvement, la journée du 13 octobre a établi une certaine convergence de lutte quoique diverses, entre les palestiniens des différentes régions, mais aussi le fait que les autorités palestiniennes soient totalement discréditées et dépassées, n´exerçant aucun contrôle sur la population. N´en déplaise au Hamas qui l´appelle de ses vœux, la contestation se renforce pour une nouvelle semaine vive de tensions, faisant croire à une possible troisième Intifada dans les jours ou les semaines à venir.




Mots-clés

Palestine   /    Monde