^

Politique

Chez les Républicains, on tente de sauver les meubles

Juppé : « Je confirme une fois pour toutes que je ne serai pas candidat »

Ce lundi à 10h30, Alain Juppé, maire de Bordeaux et candidat perdant de la primaire de la droite, a pris la parole, alors que son parti est toujours en pleine tourmente. S'il a déclaré à demi-mots ne pas mener campagne pour François Fillon, du fait de toutes les casseroles que ce dernier accumule, il a également confirmé qu'il ne se présenterait pas à la Présidentielle. A. Bronstein

lundi 6 mars 2017

Dans la continuité de la manifestation des soutiens de François Fillon hier, au Trocadéro qui, sans être une réussite totale n’a pas non plus été un échec, la déclaration d’Alain Juppé ôte les derniers doutes quant à sa possible candidature face à l’ancien Premier ministre de Sarkozy. Et, il le dit lui-même, c’est notamment parce qu’il serait incapable de faire consensus, en particulier dans le camp sarkozyste. S’il est désormais presque certain que François Fillon ne franchira pas le cap du premier tour avec ses maigres 17 %, et en dépit de l’hémorragie de soutiens qu’il connaît depuis quelques semaines, il semble qu’aucune alternative crédible ne se soit encore dessinée. A quelques semaines seulement du scrutin, le risque de présenter un autre candidat LR face à un Fillon qui s’accroche apparaît trop grand, et personne ne semble vouloir diviser par deux les voix de la droite.

Ainsi, la déclaration d’Alain Juppé ce lundi matin ne fait que confirmer le noir tableau qui s’était déjà dessiné pour son parti : il n’y a pour le moment pas d’alternative crédible. Et si le maire de Bordeaux a désavoué explicitement François Fillon, il a également confirmé qu’il ne se présenterait ni contre lui, ni à sa place : « J’ai reçu de très nombreux appels qui m’ont fait hésiter […] Une partie du centre nous a quittés. Le noyau des militants LR s’est radicalisé […] Je ne suis pas en mesure aujourd’hui de réaliser le nécessaire rassemblement autour d’un projet fédérateur […] C’est pourquoi je confirme, une bonne fois pour toutes, que je ne serai pas candidat à la présidence de la République »

Et si une candidature LR face à Fillon semble exclue, aucune alternative crédible ne semble pouvoir émerger, même si ce dernier se désistait. A quelques jours de la clôture des envois de parrainage, alors que Fillon maitrise lui-même les comptes de sa campagne, la perspective d’un plan B ne s’est toujours pas concrétisée. Le candidat de la droite s’accroche encore et toujours, rasséréné par le rassemblement de ce dimanche, et en dépit des multiples pressions qui s’exercent sur lui dans son propre camp. Le prochain épisode de cette campagne mouvementée aura lieu ce soir, au Conseil Politique des Républicains convoqué par Accoyer, à 18h et au rendez-vous fixé par Sarkozy à Juppé et Fillon pour « trouver une voie de sortie » à cette crise de légitimité énorme que rencontre le parti traditionnel de la droite. Mais les changements brusques qui bousculent le paysage politique actuellement ne ferment pas la porte à l’émergence d’une autre alternative à la candidature sans espoir de François Fillon.




Mots-clés

#PénélopeGate   /    François Fillon   /    Alain Juppé   /    Présidentielles 2017   /    Les Républicains   /    Politique