^

Politique

Tribune libre

L’armée (aussi) va (bientôt) garder son régime spécial

Un autre régime spécial va très vraisemblablement voir le jour incessamment sous peu. Un régime spécial ou la reconnaissance d'une nouvelle spécificité selon la sémantique adoptée par le gouvernement. On apprend en effet dans Le Parisien que l'armée n'est pas d'accord avec le projet de réforme des retraites et le fait savoir sans détour.

lundi 20 janvier

Crédits photos : Petras Malukas. AFP

Article initialement publié : ici

Encore un corporation qui veut profiter de la grève des agents RATP-SNCF au lieu de se battre pour l’intérêt général. Cette armée se bat-elle, comme on nous le dit souvent, pour l’ensemble de la nation ? Pas pour sa retraite en tout cas car le Conseil Supérieur de la fonction militaire prêche bien pour sa propre paroisse en dénonçant les décotes prévues pour les futurs pensionnés de la fonction militaire. Les pensions militaires seront, elles aussi, calculées sur l’ensemble de leur carrière au lieu des 6 derniers mois actuellement ce qui ne plaît pas au contrôleur général des armées, Olivier Schmit.

On peut donc d’ores et déjà imaginer le président battre en retraite face à une armée qui a le pouvoir de faire et défaire chaque président. Le régime dit universel s’éloigne donc encore un peu plus de l’universalité voulue par Emmanuel Macron et l’armée aura sans aucun doute les arguments pour faire reculer le président. Un président fort avec les faibles et faibles avec les forts.

Mais un gouvernement qui se montre bienveillant avec les métiers ayant le monopole de la force publique tout en restant inflexible avec tous les autres n’est-il pas la sombre expression d’un régime basé sur la violence et la répression ? Une répression grâce à laquelle ce pouvoir se maintient péniblement au mépris de tous les contre-pouvoirs offerts par la constitution.

La police, la gendarmerie et bientôt l’armée sont donc sur le point de tirer leur épingle du jeu en refusant cette réforme pour eux-mêmes mais pas pour les autres ce qui a de quoi interpeller sur le sens du sacrifice que tous ces hommes et femmes mettent systématiquement en avant pour rendre leur mission moralement utile.

Lorsqu’une institution de ce type s’occupe de couver ses intérêts corporatistes au détriment de l’intérêt général, l’espoir de voir un jour le sursaut salutaire de tout un pays s’amenuise car on devine que cette stratégie du chacun pour soi emmène le peuple entier dans les affres de l’abîme.




Mots-clés

Macronisme   /    Armée française   /    Politique