^

Notre classe

Nos vies pas leur profits !

"L’entreprise fait des milliards !" 2500 salariés d’Amazon en grève pour les salaires en Allemagne

Commencé ce lundi dans trois sites, le mouvement s’est étendu ce mardi. Au total, 2.500 salariés du groupe en Allemagne se sont mis en grève pour exiger une augmentation de leurs salaires, que l’entreprise de Jeff Bezos a l’audace de qualifier d’"excellents" alors que les travailleurs y gagnent à peine plus que le salaire minimum.

mardi 2 novembre

L’entrepôt d’Amazon en grève à Leipzig, le 1er novembre 2021. Crédits photo : Jens Schlueter / AFP

Ce mardi, en Allemagne, suite à l’appel du syndicat Ver.di, 2.500 salariés d’Amazon sur sept sites différents se sont mis en grève afin d’exiger une augmentation immédiate des salaires, à hauteur de 3 % cette année, et 1,7 % l’an prochain. Une augmentation prévue dans le cadre de la convention collective de la distribution s’appliquant aux autres entreprises du même secteur : « Il est inacceptable qu’une multinationale qui engrange des milliards d’euros refuse d’accorder à ses travailleurs les augmentations salariales », déclarait Orhan Akman, secrétaire général du syndicat Ver.di, rapporte le journal allemand Tagesschau. Et pour cause, selon le dirigeant syndical, le géant américain refuse depuis plus de huit ans toute adhésion à cette convention, prétextant dépendre du secteur de la logistique, comme l’explique Le Figaro.

Pourtant, comble de l’hypocrisie, un porte-parole de la multinationale américaine s’est permis de déclarer, en réaction aux déclarations du syndicat, que cette dernière offrait un « excellent salaire, d’excellents avantages sociaux et d’excellentes opportunités de carrières », se vantant de payer ses salariés 12 euros bruts de l’heure, c’est-à-dire à peine plus que le salaire minimum allemand, qui est à 9,60 euros de l’heure. Une déclaration bien méprisante dans la bouche d’une entreprise qui engrange des milliards chaque année (8,1 milliards en 2020) en exploitant des millions de travailleurs à travers le monde dans des conditions particulièrement terribles comme le dévoilait un rapport en juin dernier. De plus, comme l’explique le syndicat Ver.di, les augmentations dont ont bénéficié les salariés ces dernières années ne sont que le fruit d’une succession de combats menés contre l’entreprise. Par ailleurs, cette dernière paye toujours moins que les entreprises couvertes par les conventions collectives auxquelles Amazon refuse d’adhérer depuis plus de huit ans.

Pour l’instant, les porte-parole des syndicats évoquent une grève ponctuelle, allant de 24 heures à 3 jours. Le combat que mènent aujourd’hui les salariés contre le géant Amazon révèle une forte détermination de la part des travailleurs allemands. Cependant, cette détermination mérite un plan de bataille à la hauteur, pour espérer vaincre l’entreprise américaine, notamment via une alliance avec les quelques 50.000 ouvriers de Stellantis qui ont également manifesté cette semaine contre leur direction qui a annoncé la suppression de milliers de postes.




Mots-clés

Amazon   /    Grève   /    Allemagne   /    Notre classe   /    Monde