^

International

Palestine

L’expulsion de Salah Hamouri reportée, exigeons sa libération immédiate !

Alors que le 30 novembre, l’État d’Israël notifiait Salah Hamouri de son expulsion du territoire vers la France le 4 décembre, celle-ci a finalement été reportée à une date ultérieure après une campagne de solidarité.

lundi 5 décembre 2022

(Crédits photo : ABBAS MOMANI / AFP)

Ce dimanche 4 décembre, alors que l’avocat Salah Hamouri devait être expulsé par Israël vers la France, l’État d’Israël a finalement décidé de reporter cette mesure à une date indéterminée. L’avocat franco-palestinien est enfermé depuis le 7 mars sans jugement, et a vu sa peine se prolonger le 5 juin dernier puis en septembre, jusqu’à aujourd’hui. L’État d’Israël justifie cette détention administrative par l’appartenance de l’avocat au Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), appartenance que ce dernier nie.

Cette incarcération s’inscrit dans la continuité de la répression que subit depuis plusieurs années cet avocat de la cause palestinienne.

En tout, cela fait maintenant 20 ans que Salah Hamouri est la cible d’Israël. En 2000, il est blessé par balle par l’armée israélienne. À partir de 2005, il est condamné à de multiples reprises à de la prison. En 2021, comme le note le Comité de soutien à Salah Hamouri, « l’ONG Addameer pour laquelle Salah travaille est déclarée par Israël "organisation terroriste" tout comme 5 autres ONG palestiniennes impliquées dans la défense des droits humains, dans une démarche de criminalisation de la société civile palestinienne. »

Le report de son expulsion vers la France intervient alors que, le 30 novembre dernier, Salah Hamouri apprenait des autorités israéliennes qu’il allait être expulsé. Aussi, la volonté israélienne d’expulser Salah Hamouri a suscité la réaction indignée de plusieurs organisations politiques et d’ONG de défense des droits humains. Une campagne, initiée par le comité Liberté pour Salah Hamouri et soutenue par le groupe parlementaire de la France Insoumise, demande sa libération ainsi que son maintien à Jérusalem auprès de sa famille.

De son côté, Amnesty International a évoqué dans un communiqué un « crime de guerre » et dénoncé « une manœuvre éhontée visant à entraver le travail de Salah Hamouri en faveur des droits humains, mais aussi l’expression de l’objectif politique à long terme des autorités israéliennes, à savoir réduire le nombre de Palestinien·ne·s à Jérusalem-Est. ».

Face à la mobilisation, l’État français s’est également positionné en demandant à ce que Salah Hamouri « puisse mener une vie normale à Jérusalem, où il est né et où il réside, et que son épouse et ses enfants obtiennent le droit de s’y rendre pour le retrouver ». Une posture hypocrite alors même que le gouvernement actuel est un soutien important du régime israélien, soutien qui s’est encore récemment illustré avec la tentative de dissoudre le collectif Palestine Vaincra, à l’initiative de Gérald Darmanin.

Alors que l’expulsion n’est que reportée, il faut exige la libération de Salah ! Une libération qui est un élément de la lutte contre l’État d’Israël, et sa politique coloniale et raciste, ainsi que contre toutes les puissances impérialistes qui le soutiennent.



Mots-clés

Salah Hamouri   /    Israël   /    expulsion   /    Palestine   /    International