×

Festival du greenwashing

La COP27 ou le rendez-vous des pollueurs : plus de 600 lobbyistes d’entreprises fossiles invités

Enfin une avancée pour la COP27 ! A défaut de baisse des émissions de CO2, elle enregistre une hausse de 25% du nombre de lobbyistes du pétrole présents, avec plus de 600 participants liés aux énergies fossiles. Les discussions sur la "sobriété" et le "zéro carbone" promettent d'être riches .

Christa Wolfe

10 novembre 2022

Facebook Twitter

Les COP se suivent et se ressemblent toujours un peu, avec leur lot de grands discours et de promesses en l’air. Mais celle de cette année ajoute à la formule habituelle 25% de participants liés à l’énergie fossile en plus. C’est ce que révèle l’ONG Global Witness. Décidément, les discussions sur la "fin de l’abondance", la "sobriété", ou le "zéro carbone" s’annoncent riches. Confier la crise climatique aux principaux pollueurs de la planète, dans un pays qui pratique ouvertement la répression politique : voilà le tableau que présente la COP27.

Alors qu’ils sont arrivés en jet-privés, parmi les affiches des grands sponsors Coca-Cola ou Microsoft, les chefs d’Etat réunis à la COP27 pour discuter des "solutions" à la crise climatique travaillent dans l’entourage de plus de 600 représentants des entreprises fossiles, quand les militants écolos autorisés à assister à l’échéance sont triés sur le volet et l’opposition politique lourdement réprimée. Global Witness révèle ainsi que ce sont 636 lobyistes du pétrole qui assistent à l’événement, soit une augmentation de près de 25% par rapport à l’année dernière. Une estimation en-deçà de la réalité, l’ONG expliquant : « Même ainsi, l’estimation est probablement conservatrice, notre méthodologie reposant sur les participants révélant leurs propres connexions aux intérêts de l’industrie fossile, et de nombreux lobbyistes peuvent choisir de cacher ce lien ». Une estimation qui exclut également les lobbyistes d’autres secteurs d’industries polluantes.

Loin d’être un fait exceptionnel ou une aberration, ce constat révèle que le "conflit d’intérêt" est permanent dans les institutions étatiques et internationales. Cette présence de représentants des intérêts industriels (en plus des chefs d’Etats) est en effet une tradition de longue date dans les COP. Ainsi, un haut placé du pétrolier Shell révélait en 2018 que son entreprise avait influencé et participé à l’écriture des accords de Paris.

Plus généralement, entre la Ministre de la Transition écologique qui s’est enrichie dans l’industrie du pétrole et un gouvernement français qui se fait le porte-étendard des intérêts de Total en Afrique ou qui envoie la police pour réquisitionner les salariés en grève et réprimer les militants de Sainte-Soline à coup de LBD et de gaz lacrymos, les exemples se multiplient à l’infini. Ils démontrent que les États et toutes les grandes messes internationales ne répondent qu’à un seul but : préserver les profits du patronat, même dans un contexte de crise écologique qui ne cesse de s’approfondir.

Doit-on vraiment attendre quelque chose d’une clique pareille, réunie pour l’occasion à la COP27, quand il s’agit de trouver des solutions au dérèglement climatique, aux événements extrêmes, canicule, méga-feux ou inondations ?

Si des dénonciations légitimes de l’insuffisance et de « l’inaction climatique » émergent de toute part face à la mascarade de la COP 27, ce nouvel élément montre une fois de plus que les États réunis à la COP27 ne sont pas réellement inactifs : ils ont choisi le camp des intérêts industriels, en faveur duquel ils sont au contraire très actifs.


Facebook Twitter
Toulouse. Le 21 avril, tous à la manifestation contre l'A69 et son monde

Toulouse. Le 21 avril, tous à la manifestation contre l’A69 et son monde

Défaire le mythe de la transition énergétique

Défaire le mythe de la transition énergétique

Acheter les actions de Total pour sauver la planète ? La nouvelle trouvaille d'EELV pour les européennes

Acheter les actions de Total pour sauver la planète ? La nouvelle trouvaille d’EELV pour les européennes

InVivo, derrière la coopérative « verte », un géant de l'agrobusiness anti-syndicats et anti-écolo

InVivo, derrière la coopérative « verte », un géant de l’agrobusiness anti-syndicats et anti-écolo

Action contre Lafarge : l'Etat mobilise à nouveau l'anti-terrorisme pour réprimer le mouvement écolo

Action contre Lafarge : l’Etat mobilise à nouveau l’anti-terrorisme pour réprimer le mouvement écolo

Catastrophe capitaliste. 57 entreprises responsables de 80 % du CO2 émis depuis les accords de Paris

Catastrophe capitaliste. 57 entreprises responsables de 80 % du CO2 émis depuis les accords de Paris

« De l'eau, pas des puces » : à Grenoble, la lutte écologique s'attaque aux industries de la micro-électronique

« De l’eau, pas des puces » : à Grenoble, la lutte écologique s’attaque aux industries de la micro-électronique

Vote de la loi contre les polluants éternels : une « victoire historique », vraiment ?

Vote de la loi contre les polluants éternels : une « victoire historique », vraiment ?