^

Notre classe

Coronavirus

La SNCF est-elle en capacité de garantir la santé des agents et des usagers ?

Le choix politique de ne pas fermer totalement les transports publics, trains, métros, tramways, bus, devrait s'accompagner d'une politique rigoureuse de protection des salariés amenés à assurer cette continuité du service public et d'un nettoyage adapté au risque viral actuel pour éviter au maximum la propagation dans la population, notamment celle obligée de continuer à aller travailler dans cette période de confinement. Quelle est l’attitude de la direction de la SNCF concernant les transports en commun et la protection des cheminots et usagers ?

mardi 31 mars

Crédits Photo : FREDERICK FLORIN / AFP

Ces petites mains invisibles qui font tourner la société

Après le choix politique effectué par le gouvernement de fermer ou maintenir ouvertes certaines activités, il a également été décidé de maintenir un service de transport, certes allégé, mais néanmoins indispensable. En effet, comme chacun peut s’en douter, il est évident que les salariés de la grande distribution, du nettoyage et du gardiennage n’ont pas tous leur Mercedes en bas de chez eux. Et ce sont eux qui sont en grande majorité usagers des transports publics en cette période. Les trains sont actuellement empruntés quasi exclusivement par des travailleurs immigrés qui vont tenir les emplois cités plus haut. Tous ces métiers méprisés par le capitalisme car peu qualifiés, donc peu payés et reconnus, voient aujourd’hui leur utilité reconnue par tous. Mieux, ils sont indispensables !

Des trains qui ne sont pas nettoyés de manière adéquate

Comme le dénoncent plusieurs agents de la RATP dans différents articles et vidéos, le manque de moyens mis en place pour nettoyer les bus par la direction de la RATP est flagrant et met en danger salariés et usagers quotidiennement. Il est difficile de faire des généralités à la SNCF, car la situation dépend souvent des décisions locales des établissements ou régions concernées, mais il semble que ce soit le même cas pour les trains.

En effet, sur plusieurs chantiers, les représentants du personnel ont dénoncé que le nettoyage n’était pas assez effectué en termes de fréquence et/ou que les produits utilisés ne portaient aucunement la mention « virucide ». En fait, les constatations de l’état des rames faites par les agents au quotidien semblent plutôt montrer qu’aucune mesure particulière de propreté n’est prise ! C’est inadmissible !

Des agents également mis en danger

Mais pour les conditions de travail, c’est également très inquiétant. En effet, à l’instar du gouvernement, la SNCF est dans l’incapacité de proposer des masques à ces agents. Sur Saint-Lazare, par exemple, les représentants du personnel ont déposé un droit d’alerte, car non seulement leurs postes de travail ne sont pas nettoyés à la hauteur de ce qui semblerait nécessaire mais également, les installations en gare, accessibles au public qui s’en approche fréquemment, ne sont pas non plus nettoyées. Pas plus qu’il n’est possible de maintenir une distance d’un mètre dans une gare (2ème d’Europe en fréquentation) qui reste bondée chaque soir avec une fréquence de trains moins élevée. Pire que tout, certains encadrants (en télétravail pour l’immense majorité) ont cru bon d’interdire le port de masques (amenés à titre individuel par certains agents) au prétexte que cela serait susceptible de générer une « psychose » auprès des voyageurs !

Face à une attitude irresponsable et dangereuse pour tous et toutes, c’est à nous de prendre nos affaires en main !

Donc les entreprises de transport public, par mesure d’économies, ne semblent pas avoir pris la juste mesure du danger actuel et ne mettent pas en place les procédures adaptées à la situation. Et ce certainement du fait de la politique interne de ces entreprises, depuis des années, poursuivant la logique de la privatisation, du profit et non pas d’un service public pourtant essentiel. Cette attitude totalement irresponsable de la direction de la SNCF revient à mettre en danger ses agents et à les transformer en vecteurs très performants de la transmission du virus.

Vous l’avez compris : nous ne pouvons pas faire confiance à la direction de la SNCF pour assurer notre sécurité dans les transports face à l’épidémie. Puisqu’ils n’ont que faire de notre santé et celle de nos familles, nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes pour décider des mesures à mettre en œuvre pour faire face au coronavirus. Ce sont des commissions d’hygiène réellement décisionnaires et soucieuses de notre santé qui devraient être mises en place en réunissant agents SNCF, usagers, professionnels de santé et scientifiques, pour proposer une réorganisation des transports et des procédés de décontamination à la hauteur de la situation.




Mots-clés

Coronavirus   /    Transport   /    Secteur du nettoyage   /    Auto-organisation   /    Santé   /    Cheminot-e-s   /    RATP   /    SNCF   /    Notre classe