^

Politique

Après la réforme ferroviaire

La SNCF incite ses éventuels concurrents à participer à la privatisation

Dans le cadre de l'ouverture à la concurrence des grandes lignes d'ici fin 2023, la SNCF joue un rôle actif et central dans la privatisation du rail et la casse du service public, en démarchant elle-même ses futurs concurrents potentiels.

mardi 26 mars

Adoptée par le pacte ferroviaire en juin dernier après plusieurs mois de lutte cheminote, l’ouverture à la concurrence – notamment des grandes lignes – doit être mise en place progressivement d’ici fin 2023. C’est dans ce cadre que la SNCF recherche activement ses propres concurrents.

Depuis sa nomination il y a un an à la tête de la branche « clients et services » de la SNCF Réseau (qui gère les infrastructures), Jean Ghédira fait lui-même la tournée des entreprises qui pourraient vouloir faire rouler des trains sur les rails de la SNCF !

Ainsi, grâce à « l’indépendance » de SNCF Réseau par rapport à SNCF Mobilités (la branche qui fait rouler les trains), la première peut jouer un rôle actif dans la privatisation du rail et donc dans la casse du service public de transport qu’était la SNCF. Jean Ghédira a annoncé avoir trouvé deux pistes grâce à son travail de prospection.

Guillaume Pepy, le patron de la SNCF, se moque ouvertement des usagers et des cheminots en jouant aux devinettes dans la presse quant aux entreprises qui auraient répondu à l’appel de SNCF Réseau. Il jure de ne pas savoir quelles entreprises sont concernées, évoquant tout de même Trenitalia, la société publique italienne. Les rumeurs courent aussi à propos de FlixTrain, la filiale ferroviaire de l’entreprise allemande FlixBus.

Pour en rajouter une couche de cynisme, Pepy ajoute : « Au fond, le fait que Jean Ghédira drague nos ennemis, va quand même à la fin apporter davantage de voyageurs au réseau ferroviaire français, donc le gâteau va grandir après. Après, la bataille entre les entreprises ferroviaires sur la part du gâteau, là c’est notre boulot ». Glorifiant la privatisation des grandes lignes, le patron de la SNCF assume cette orientation de la SNCF et son enterrement en tant que service public.

Crédit photo : REA




Mots-clés

Privatisation   /    Services publics   /    Cheminot-e-s   /    SNCF   /    Politique