^

Notre classe

Les cheminots relèvent la tête

"La SNCF met en danger les usagers" : les grévistes de l’Infrapôle mobilisés à Gare du Nord

Toujours en lutte après plus de 40 jours, les agents de l’Infrapôle organisaient hier une action en direction des usagers. Pour les prévenir du risque que fait peser la SNCF sur eux, ils ont organisé une diffusion de tract en compagnie de soutiens raffineurs de Grandpuits et étudiants.

mercredi 10 mars

Depuis le 18 janvier, les travailleurs de l’Infrapôle Paris Nord se battent pour de meilleures conditions de travail. Ces agents, qui travaillent dans les tunnels de nuit, demandent une revalorisation de leur salaire à hauteur de 20€ par jour de travail. La SNCF refuse de répondre à leurs revendications et préfère manœuvrer et jouer le pourrissement. Hier, agents de maintenance en grève et soutiens, raffineurs et étudiants, se sont ainsi retrouvés à Gare du Nord pour faire connaître la lutte des guerriers de l’Infrapôle. Le but, alerter les usagers sur la situation dangereuse des lignes et leur faire connaître ce combat qui est en cours face à la SNCF.

Sur les tracts distribués aux usagers tous l’après-midi, la sécurité est ainsi au centre. En effet, la SNCF met en grand danger la sécurité des usagers. Pour le syndicat SUD Rail, il existe même un risque de déraillement, et des droits d’alerte ont été déposés ce vendredi dans plusieurs établissements pour alerter la SNCF. De fait, les agents de maintenance assurent la sécurité des usagers chaque jour en travaillant sur les voies dans des conditions très précaires.

La diffusion de tracts est aussi l’occasion de rencontrer ceux pour qui ils travaillent chaque nuit. « On est venus se montrer, expliquer aux usagers notre grève. Des raffineurs et des étudiants sont là aussi et cette solidarité elle est fondamentale » raconte Younès. Pour lui, il est essentiel d’avoir le soutien de ceux qui empruntent le rail, car le service public leur appartient.

Pour Anasse, cheminot et syndicaliste Sud Rail, cette grève est exemplaire. Pour la première fois, des travailleurs invisibles des tunnels relèvent la tête et bataillent contre leurs conditions de travail misérables. « Ces travailleurs bossent toutes les nuits, avec des rats, des seringues, des cafards, pour que les usagers puissent circuler tranquillement » explique en ce sens Adrien, raffineur à Grandpuits venu soutenir les agents. Lui et d’autres raffineurs, qui sortent d’une grève reconductible contre Total, ont même apporté un chèque de soutien à la grève. Des étudiants sont également venus tracter avec les grévistes, comme Matéo, militant à Paris 8.

Cette action montre encore une fois la détermination des grévistes de l’Infrapôle à ne rien céder face à la pression exercée par la SNCF. Aujourd’hui, c’est aussi un enjeu de sécurité très important que ces travailleurs obtiennent victoire. Ils travaillent dans l’ombre et malgré tous les droits d’alerte déposés pour dénoncer le manque de sécurité sur le réseau ferroviaire, la direction continue de les ignorer. Vendredi, aura lieu le délibéré après l’assignation en justice de la SNCF par Sud Rail suite aux attentes au droit de grève par l’entreprise. Ce sera une date importante pour renforcer le rapport de forces.




Mots-clés

Services publics   /    Cheminot-e-s   /    SNCF   /    Notre classe