^

Politique

Bordeaux en lutte !

« La bourgeoisie se barricade » face à Philippe Poutou : Guillaume Meurice sur les municipales à Bordeaux

Sur France Inter ce lundi, Guillaume Meurice partait à la rencontre de la bourgeoisie bordelaise au sujet de Philippe Poutou, en hausse dans les sondages. L'occasion de comprendre l'angoisse que provoque dans la bourgeoisie la possibilité qu'un travailleur soit élu.

mardi 3 mars

 Crédits photo : Rue89Bordeaux 

Dans sa chronique du lundi 2 mars sur France Inter, Guillaume Meurice rencontre la bourgeoisie bordelaise pour leur parler de la liste municipale Bordeaux en Lutte avec à sa tête Philippe Poutou, ouvrier et ancien candidat aux présidentielles pour le NPA.

Le début de sa chronique, tonitruante, entre les références explicites à la Révolution Russe et la caricature de l’effroi de la bourgeoisie face à la montée dans les sondages de cette liste municipale anticapitaliste montre, interview à l’appui, une bourgeoisie « inquiétée » par celui qui aurait « mis à sac la société Ford ». Les réactions scandalisées des personnes interrogées sont symptomatiques d’une bourgeoisie qui, depuis des années, se voit offrir les privilèges d’un Alain Juppé, maire à la botte des capitalistes.

La chronique se veut satirique et les réactions des bourgeois face à la place que prend la liste de Philippe Poutou sont aussi caricaturales que ce que l’on pouvait s’imaginer. Une dame affirme que « Ford a eu de la gentillesse de fermer comme ça, c’est de la patience qu’ils ont eu » et certifie que la délocalisation de l’usine ainsi que les licenciements sont entièrement et seulement de la faute de Poutou, qui n’aurait « jamais travaillé de sa vie ». Le discours paraît hallucinant, complètement déconnecté de la réalité.

Guillaume Meurice s’amuse : pour la bourgeoisie, « à Bordeaux, le coronavirus ils s’en battent les cannelés, la vraie psychose, c’est Poutou » avec cette liste qui ne fait que monter dans les sondages - et qui dépasse même aujourd’hui la liste LREM !

Pour la bourgeoisie bordelaise, ce serait donc bien « l’armée rouge aux portes de la ville » que représente la liste de Bordeaux en lutte. Bordeaux en lutte porte un programme qui s’affirme profondément anticapitaliste, qui lutte « contre ce système qui exploite sans limite la majeure partie de l’humanité et la nature », qui porte les intérêts du monde du travail et des classes populaires exclues de la vie politique dominante - et ce en revendiquant notamment la réquisition des logements vides, l’augmentation générale des salaires, la gratuité des transports en commun ou encore la mise en place d’une enquête indépendante sur la répression policière à Bordeaux.




Mots-clés

Bordeaux en luttes   /    Municipales   /    Élections    /    Lutte des classes   /    Philippe Poutou   /    Bordeaux   /    NPA   /    Politique