^

Politique

POLICE HORS DE NOS QUARTIERS

La chasse aux rodéos : le prétexte de Castaner pour renforcer la présence policière dans les quartiers

Seulement deux semaines après que Sabri soit mort après avoir croisé la BAC, l'exécutif poursuit la montée en puissance de la répression et du contrôle des quartiers, leur nouveau prétexte : la chasse aux rodéos !

lundi 25 mai

Crédits photos : la voix du nord

Ce lundi 25 mai, Castaner, brandissant un décret de 2018, a annoncé le durcissement de la lutte anti-rodéo dans les quartiers populaires. Déjà sujets à une accentuation de la répression pendant le confinement entre ce jeune en scooter grièvement blessé par la police à Villeneuve la Garenne et la mort de Sabri jeune homme à moto ayant croisé une police de la bac à Argenteuil, les quartiers populaires sont encore une fois visés. Cela va se matérialiser par le renforcement de cellules anti-rodéo ainsi que le renfort de la police municipale dans les quartiers populaires pour lutter contre les dits « délinquants ». L’objectif est clair, en prétextant la hausse de 15% des phénomènes de rodéos, le gouvernement entend multiplier les contrôles et les saisies : « Relever, plus encore, le défi des saisies des véhicules, en nous appuyant davantage sur le renseignement et l’enquête judiciaire. » afin de les priver « de leur capacité à nuire ».

La réponse du gouvernement, dont le caractère autoritaire apparaît de plus en plus depuis la répression systématique des manifestations de gilets jaunes jusqu’à la dénonciation publique de Camélia Jordana, est donc encore et toujours le renforcement des forces de répression déjà en place, l’objectif apparaît clairement : ficher et réprimer ceux qui paient le prix le plus élevé de la gestion inconsciente de cette crise sanitaire et de ses conséquences économiques, que le gouvernement Macron entend bien faire retomber sur les travailleurs.

Les nouvelles annonces de Castaner sont claires : dans cette période de crise sanitaire et économique, la priorité revient donc au contrôle des quartiers ! Parmi les plus touchés par le virus, les premiers à souffrir des retombés économiques, tel que les baisses de salaires ou les licenciement, les habitants paupérisés des banlieues sont aussi ceux qui se trouvent en première ligne de la répression policière. En effet, une vague sans précédent de vidéos de violences des forces de polices a inondé les réseaux sociaux pendant la période de confinement. Une répression qui traduit une gestion coloniale de la crise envers les quartiers, qui se poursuit et s’intensifie depuis le 11 mai et qui culmine avec un nouveau décès, celui de Sabri à Argenteuil, jeune homme en moto mort après avoir croisé une voiture de la bac.

Cette répression n’a qu’un seul but : renforcer le contrôle social dans les quartiers populaires, intimider et éviter qu’on ne relève la tête !




Mots-clés

Répression policière   /    Quartiers populaires   /    Christophe Castaner   /    Répression   /    Politique