^

Débats

En FASE avec l’état d’urgence

La cohérence de nos camarades d’Ensemble nous échappe…

Alors que l’État d'urgence nous menace tous dans nos libertés fondamentales, Ensemble, qui regroupe Les Alternatifs, Convergences et Alternative, la Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique (FASE), la Gauche Anticapitaliste, une large majorité des militants de la Gauche unitaire, publie un texte dénonçant l'état d'exception sobrement intitulé « Communiqué de Ensemble ! Non à l'état d'urgence ! » Léo Serge

vendredi 20 novembre 2015

Les camarades d’Ensemble déclarent haut et fort qu’ils s’opposent à l’état d’urgence permanent et à ses conséquences liberticides. En effet, « l’état d’urgence fait peser de graves menaces sur les libertés publiques et le droit de manifestation »et « la prolongation de l’état d’urgence voulue par François Hollande et son gouvernement (…) préfigure ce que pourrait être la réforme constitutionnelle instaurant un régime civil d’état de crise ».Étant donné la position de l’organisation, c’est donc avec stupéfaction que nombre de militants d’extrême gauche et de gauche radicale ont appris que…. François Asensi et Jacqueline Fraysse, les deux députés de la FASE, membres d’Ensemble, siégeant au sein de la Gauche Démocrate et Républicaine pilotée par André Chassaigne, ont voté la prolongation de l’état d’urgence !

Dans une interview donnée à Marianne, François Asensi explique son vote en faveur de l’état d’urgence en soutenant que la situation actuelle justifie une atteinte aux libertés publiques et une réduction de nos libertés individuelles. A la question du journaliste sur les critiques d’une partie de la gauche contre la prolongation de l’état d’urgence, il répond : « bien sûr que je comprends ces réserves et ces constatations. Puisque tout état d’exception est attentatoire aux libertés publiques. Donc, la question est de savoir si dans le contexte actuel, il faut oui ou non, pour une période déterminée, réduire nos libertés individuelles. Moi, je pense que le plus important pour le moment est d’empêcher le passage à l’acte des réseaux terroristes et de les démanteler.C’est la question centrale ».

Jacqueline Fraysse livre, elle, sa position sur son blog de Médiapart. Dans son billet symboliquement intitulé « Nos armes à nous », la députée explique que face à l’appel à l’union nationale du Président de la République, « nous pouvons y souscrire dans la mesure où elle n’implique pas de renoncer à ses convictions, mais exige de chacune et chacun d’être plus que jamais responsable. (…) Sur le plan intérieur, je soutiendrai la prolongation de l’état d’urgence pour permettre l’arrestation plus rapide d’individus dangereux et le démantèlement des réseaux. La situation exceptionnelle justifie cette mesure d’exception.

Par contre, ce texte attentatoire aux libertés fondamentales ne saurait être prolongé et encore moins gravé dans le marbre de la constitution. Nous aurons l’occasion de revenir sur ce point car les mesures sécuritaires, si elles sont nécessaires, ne font que soigner le symptôme. Or, nous avons plus que jamais besoin de soigner aussi les causes ».

Ensemble pour la défense des libertés fondamentales et pour faire bloc contre l’état d’exception, ou Ensemble avec les députés aux côtés de Monsieur-le-Président-Chef-de-Guerre ?




Mots-clés

Attentats à Paris   /    Front de Gauche   /    Débats