^

Du Pain et des Roses

Post Metoo

La justice patriarcale annule la peine du premier condamné du mouvement #MeToo

Bill Cosby est sorti de prison hier sous prétexte de vice de procédure alors qu’il avait été condamné jusqu’à 10 ans de prison en septembre 2018. Quelques années après le mouvement de libération de la voix des victimes de violences sexistes et sexuelles avec le mouvement #MeToo, le système judiciaire patriarcal américain montre son visage patriarcal.

jeudi 1er juillet

Crédit photo : Crédit photo : AFP

Trois ans après sa condamnation, l’acteur et producteur célèbre pour la création du Cosby Show sort d’une prison de Pennsylvanie alors que sa peine vient d’être annulée par la Cour Suprême américaine.

Accusé par de nombreuses femmes, le seul témoignage non prescrit -qui sera utilisé comme preuve de sa culpabilité lors de son procès- est celui dans lequel l’acteur avouait avoir rendu ivre et avoir fait prendre un puissant sédatif à Andrea Constand à son domicile, avant de l’attoucher sexuellement « la pensant consentante car elle n’avait pas réagi  ».

Moins de 3 années après sa condamnation qui a marqué le début de l’ère MeToo, et après avoir fait maintes fois appels , Bill Cosby a réussi à sortir de prison malgré les voix des 60 femmes victimes de ses agressions sexuelles.

Une preuve de plus que si le mouvement #MeToo a pu libérer la parole de nombreuses victimes, le système lui n’a en rien changé, favorisant toujours les puissants et leur permettant toujours d’échapper aux conséquences de leurs actes.
Cette injustice fait écho à la situation en France, où l’affaire Patrick Poivre d’Arvor a été classée sans suite malgré les dizaines de témoignages et les nombreuses plaintes déposées, et où le premier accusé de #Balancetonporc a pu sortir un livre où il se dépeint en victime.

La décision de libération de Bill Cosby, accusé de nombreux viols, est une véritable insulte à toutes les femmes victimes de harcèlement, de violences conjugales ou d’agressions sexuelles de la part d’un système patriarcal, et d’une justice toujours aux côtés des agresseurs. Face à ce mépris de la justice patriarcale, il est nécessaire de s’organiser par nous mêmes pour rendre justice à toutes les femmes victimes de violence sexistes et sexuelles !




Mots-clés

violences sexistes   /    Violence   /    #MeToo   /    Violences faites aux femmes   /    Du Pain et des Roses