^

Du Pain et des Roses

Il faut que ça cesse !

La liste des féminicides s’allonge…Une adolescente de 15 ans et une octogénaire tuées

Dimanche dernier, une adolescente de 15 ans a été retrouvée morte et calcinée dans un cabanon. Quelques jours après, jeudi soir, c’est une octogénaire qui a été tuée par son compagnon. La liste des féminicides s'allonge tragiquement.

vendredi 1er novembre

Dimanche dernier, le corps sans vie d’une jeune femme de 15 ans a été retrouvé dans un cabanon de jardin en feu à Creil, dans l’Oise. Déclarée disparue la veille par sa famille, les premiers éléments de l’enquête et témoignages, laissent à penser qu’elle a été tuée puis brûlée par son ex petit-ami. A priori « décédée avant l’incendie », vraisemblablement suite à « deux coups de couteau » au niveau du « nombril et du foie », ces coups témoignant selon le procureur de la République de Senlis d’une « volonté de tuer ». (https://www.francetvinfo.fr/societe/feminicides/feminicide-ce-que-l-on-sait-du-meurtre-d-une-adolescente-a-creil_3684325.html). Son ex-petit ami a en effet affirmé à une connaissance à lui, l’avoir tué « parce qu’elle était enceinte »…

Jeudi 31 octobre, à Périgueux, dans le quartier Saint-Georges, un homme de 72 ans a tué sa compagne avant de se donner la mort quand les pompiers sont arrivés. L’alerte a été donnée vers 17h45 par un infirmier qui s’occupait de la femme et venait régulièrement chez eux. Les pompiers sont ensuite intervenus, suite à un début d’incendie dans l’appartement. C’est alors qu’ils ont découvert le corps sans vie de la femme de 83 ans marqué d’une blessure au cou..

Deux tragiques féminicides qui s’ajoutent à la trop longue et dramatique liste de féminicide, qui s’élève aujourd’hui à 127 selon le collectif #NousToutes,

La liste des féminicides s’allonge

Dans le cas de l’adolescente, bien que la culpabilité du suspect n’ait pas encore été avérée, elle a visiblement été tuée parce qu’elle était enceinte... Dans celui de l’octogénaire, « les raisons qui ont poussé [son compagnon] à l’acte meurtrier ne sont pas encore connues », selon le vice-procureur. Dans les deux cas, il s’agit de féminicides, dernier maillon d’une longue chaîne de violences faites aux femmes. Ayant atteint le chiffre exorbitant et dramatique de 127, cette longue liste de féminicides témoignent des violences physiques qui sont quotidiennement faites aux femmes.

Mais ces violences ne sont pas seulement physiques, mais également économiques, culturelles, et surtout systémiques, dans la mesure où le patriarcat est entretenu par le système actuel. Ce n’est pas d’une justice punitive qui n’intervient qu’après le drame dont nous avons besoin, mais de mesures préventives. Cependant la réalité nous montre bien que ces mesures ne peuvent pas être mises en place par le système en place, qui ne fait que précariser toujours plus les femmes et leurs conditions de vie. Tout ce que Marlène Schiappa à nous proposer est la mise en place d’amendes, de bracelets électroniques pour les hommes violents ainsi un numéro de téléphone à la disposition des femmes violentées. On ne peut pas non plus faire confiance à la justice patriarcale, qui condamne l’initiatrice de BalanceTonPorc mais qui condamne seulement 10% des 9% de violeurs assignés en justice.

Pour mettre fin à toutes ces violences, nous devons nous organiser indépendamment de l’État et de ses institutions. Dans ce sens, nous appelons à la manifestation contre l’ensemble des violences faites aux femmes qui aura lieu le 23 novembre. Organisons-nous dans nos quartiers sur nos lieux de travail et sur nos lieux d’études pour mettre fin à ce système qui nous précarise et nous tue !




Mots-clés

Violence   /    patriarcat   /    Violences physiques   /    Marlène Schiappa   /    Féminicide   /    Violences faites aux femmes   /    Du Pain et des Roses