^

Politique

Ouvrez les frontières !

Des quatre coins de la France, les marches des solidarités convergent à Paris pour la mobilisation du 17 octobre

Après plusieurs jours ou semaines, les marches des solidarités parties des quatre coins de la France arrivent en région parisienne. Soyons nombreux et nombreuses à répondre à l'appel ce samedi à 14h place de la République !

mercredi 14 octobre

Crédits photo : agence de Chartres / L’Écho Républicain / La marche des solidarités partie de Rennes fait étape à Chartres

Après l’acte 1 de la marche des solidarités qui a été la première manifestation post-confinement rassemblant des milliers de personnes en mai dernier, puis l’acte 2 en juin, l’acte 3 de la marche des Sans-Papiers « On marche vers l’Élysée » est parti le 19 septembre des quatre coins de la France pour converger à Paris ce samedi 17 octobre. La marche partie de Rennes arrivait hier à Versailles dans une ambiance joyeuse.

Celles qui se sont élancées de Marseille et Montpellier arrivent aujourd’hui à Vitry, après une manifestation très réussie à Lyon qui a réunie plusieurs milliers de personnes. A Sarcelle et Montreuil, sont attendus respectivement les marcheurs en provenance de Lille et de Strasbourg.

Tous et toutes se retrouveront pour la manifestation nationale ce 17 octobre à l’occasion du terrible anniversaire du massacre de centaines d’algériens en 1961 par la police aura lieu une manifestation revendiquant la régularisation de tous et toutes les sans-papiers, la fermeture des centres de rétention administrative et le droit au logement pour toutes et toutes. L’appel dénonce également le mépris du gouvernement pour les « premierEs de corvée » comme ils se définissent eux-mêmes dans l’appel des 19 collectifs, « aucun mot pour les Sans-Papiers, exploitéEs dans les pires des conditions ou perdant leur emploi sans chômage partiel, retenuEs dans les CRA, vivant à la rue ou dans des hébergements souvent précaires et insalubres. Aucun mot pour les jeunes migrantEs isoléEs. Il n’a eu aucun mot contre le racisme, aucun mot pour les victimes des violences policières. Nous disons qu’une société qui refuse l’égalité des droits aux prétextes de la nationalité, l’origine, la couleur de peau sera de plus en plus gangrénée par le racisme et les violences d’Etat. Nous disons qu’une société qui accepte l’inégalité des droits, la surexploitation, la répression, l’enfermement, l’expulsion des Sans-Papiers au nom de la crise, sera désarmée face à toutes les attaques sociales ». 

Dans ce sens, on ne peut que regretter que la manifestation « pour l’emploi et la dignité » appelée par les franges oppositionnelles de la CGT le même jour ne fasse pas qu’une avec la manifestation des sans-papiers car le droit à vivre dignement doit se revendiquer d’un même cri, que ce soient des travailleurs avec papiers ou sans-papiers. L’union des forces de notre classe est la seule voie vers la victoire et celles et ceux qui ont été en première ligne pendant le confinement, puis réquisitionné pour faire la saison doivent être entendus.

Alors que le gouvernement est en pleine offensive réactionnaire et enchaîne les sorties xénophobes , cette manifestation apparaît comme une première réponse sur le terrain de la lutte. Et la réponse du gouvernement une fois de plus se tient sur le terrain répressif puisque la préfecture a interdit le passage de la manifestation près de l’Élysée. Soyons nombreux et nombreuses ce samedi 17 octobre à 14h Place de la République pour répondre à cet appel




Mots-clés

Solidarité internationale   /    Manifestation   /    Sans-papiers   /    Politique