^

Politique

Traque aux pauvres

La nouvelle trouvaille de Blanquer : Réduire de moitié les fonds sociaux pour enfants pauvres

Dans le cadre du budget 2020 pour l'Education Nationale, l'heure est aux coupes budgétaires. Et Jean-Michel Blanquer a décidé de réduire de moitié les fonds sociaux pour enfants pauvres !

mercredi 30 octobre

C’est une information révélé par Mediapart. Jean-Michel Blanquer a décidé de faire des économies pour le budget 2020 de l’Education Nationale. Et pour ce faire, le ministre a décidé à s’attaquer aux plus précaires : réduction de moitié des fonds sociaux pour les enfants pauvres ! Selon les statistiques, on dénombre 1,2 millions d’enfants pauvres sur le territoire.

Ce n’est pas sans cynisme que Blanquer justifie ce choix pour le moins abject : comme ces fonds ne sont jamais dépensés en intégralité, à quoi bon alors faire des dépenses inutiles ?

Sauf que, à l’instar de bien des aides sociales, l’une des raisons majeures pour lesquelles ces aides ne sont pas perçues en intégralité s’explique par une raison simple : le manque d’information. Ainsi, de nombreuses familles ignorent purement et simplement l’existence de ces fonds d’aides. Autre facteur de non-recours, qui n’est pas sans lien avec le matraquage politique sur le thème du soit disant "assistanat" : bien des familles préférent s’en passer, percevant ces fonds d’aides comme une forme d’aumone.

Ce n’est pas la première fois que les fonds sociaux subissent des coupes budgétaires. Ainsi, entre 2002 et 2012, les gouvernements de droite sous Chirac et Sarkozy avaient effectués des économies sur ces fonds, passant de 73 à 32 millions d’euros. Si Hollande avait légérement haussé le budget, pour le rétablir à 59 millions d’euros, Blanquer entend désormais le réduire à 30,6.

Rien d’étonnant, en soi, que le ministre de l’Education Nationale d’Emmanuel Macron choisisse de taper sur les plus précaires, même si ce sont des enfants. A ce titre, seule la mobilisation de parents d’élèves et des enseignants, pour des fonds sociaux décents et un dispositif d’information suffisant pour que toutes et tous puissent en bénéficier, peut changer la donne.




Mots-clés

Education nationale    /    pauvreté   /    Jean-Michel Blanquer   /    Austérité   /    Précarité   /    Education   /    Politique