^

Politique

Redorer le blason de la police

La police sur TikTok pour contrer la politisation des jeunes sur les violences policières

Alors qu’en France, le caractère structurellement raciste et violent de l’institution policière est dénoncé par une partie de la jeunesse la police nationale a décidé de se lancer sur le réseau social Tik Tok, occupé par plus de 11 millions d’utilisateurs en France dont 41% de 16-24 ans français. Le but est de « garder le contact » et de « toucher le coeur de la jeunesse » pour recruter davantage et calmer la défiance.

jeudi 17 juin

Capture d’écran de la première vidéo TikTok de la police nationale

Après Twitter et Snapchat, l’institution policière se lance sur Tik Tok. Réseau social prisé des 16-24 ans, il permet à tout un chacun de publier de courtes vidéos, généralement plutôt légères et sous le ton de l’humour,sur n’importe quel sujet. Mais il est aussi le lieu de contenu plus politique, à l’instar des comptes ayant mené l’action de sabotage des meetings de Trump pendant la pandémie ou ceux des manifestants Hongkongais.

C’est donc sous la forme humoristique que la police nationale cherche aujourd’hui à produire un contenu éminemment politique dans le but de redorer son image auprès des jeunes. Interviewée par BFMTV, Sonia Fibleuil, commissaire divisionnaire et porte-parole de la police nationale explique les choses sans détour : « La situation est semblable à celle des parents avec leurs enfants : il peut exister des conflits d’autorité mais il faut garder le contact à tout prix. Avec ce compte, nous voulons toucher le cœur de la jeunesse en leur montrant la police avec un pas de côté, un angle différent ». Elle poursuit, faisant allusion à la défiance croissante d’une partie de la population à l’égard de la police : « Il est vrai que cette partie de la population est l’une des plus touchées par les messages de nos détracteurs. ».

[

@policenationale

On se présente 👮 #police #policeontiktok #jemepresente #makeyourpolice

♬ All The Way Up (feat. French Montana & Infrared) - Fat Joe & Remy Ma

]

De fait, il est clair que l’institution policière est de plus en plus critiquée par les jeunes. Après une résurgence de la lutte des classes depuis 2016, qui a vu apparaître aux yeux du monde la violence structurelle de la police, le mouvement Black Lives Matter a montré, sur la scène internationale, que la jeunesse perdait confiance en la police et comprenait très clairement son racisme et sa violence structurels à l’institution. Les slogans scandés lors des mobilisations illustraient eux-mêmes cette analyse : « ACAB » « La police déteste tout le monde », « Tout le monde déteste la police »… Des slogans qui déjà en 2016 et 2018, traduisait une colère des jeunes vis-à-vis de la répression policière pendant les mobilisations étudiantes. Une colère partagée avec les Gilets Jaunes, mais aussi avec les jeunes des quartiers populaires qui subissent au quotidien les violences racistes de la police. Un climat qui n’est pas sans inquiéter le gouvernement, comme l’ont montré les lois Sécurité Globale et Séparatisme. Mais cette arrivée sur Tik Tok ne trompe personne, et plusieurs internautes ont déjà réagi sur Twitter.

[

]

[

]

Cette propagande supplémentaire d’une institution garante de la sécurité exclusive de la bourgeoisie et de son Etat ne devrait tromper personne. Arrivés sur Tik Tokpour reconquérir les jeunes et « montrer une image différente », ils ne pourront effacer les images d’une police qui mutile, qui tue et qui réprime à tour de bras quand bon lui semble.




Mots-clés

Police   /    Jeunesse   /    Politique