^

Notre classe

Impossible continuité pédagogique

La révolte visuelle des profs sur les réseaux sociaux

La colère est profonde dans l’éducation nationale. Si les profs ont tenté, tant bien que mal d'assurer la "continuité pédagogique" imposée par le ministère, les déclarations de la porte parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, à propos "des enseignants qui aujourd'hui ne travaillent pas" a réveillé la lame de fond d'une colère éruptive et profonde qui anime les profs depuis bientôt un an.

lundi 30 mars

La colère est profonde dans l’éducation nationale, ce même si les premiers jours et face à la pandémie les profs ont serré les dents et accepté de jouer le jeu d’une continuité pédagogique non préparée. Ils se sont confinés et ont tenté d’organiser la relève, d’adapter programmes et cours à un enseignement à distance qui il va de soi ne s’improvise pourtant pas !

Alors quand Sibeth Ndiaye porte-parole du gouvernement a déclaré que l’on ne demanderait pas aux profs qui « aujourd’hui ne travaille[nt] pas » d’aller cueillir des gariguettes, elle a comme réveillé la lame de fond d’une colère profonde et éruptive qui anime les profs depuis bientôt un an, depuis les attaques en série au système de l’éducation publique par le biais de réformes Blanquer.

Alors même si le gouvernement cherche à tempérer et à éteindre un feu sur lequel il n’a mis que trop d’huile, la colère est là. Et elle ne désemplira pas ! Alors pour le moment elle s’exprime visuellement et avec humour sur les réseaux sociaux mais.. gare aux lendemains !

Une enseignante a égalementrepris en chanson, avec dérision, les propos de Sibeth Ndiaye.




Mots-clés

Continuité pédagogique   /    confinement   /    Education nationale    /    Notre classe