^

Jeunesse

Mouvement étudiant !

Le 16 mars mobilisons nous pour faire partir Vidal et toutes ses réformes !

Nous relayons ici le communiqué du collectif Le Poing Levé qui appelle la jeunesse à se mobiliser ce 16 mars. Un an après la fermeture des universités, toujours aucune mesure conséquente pour les étudiants qui s’engouffrent dans la précarité et la détresse.

lundi 15 mars

Crédit photo : O phil des contrastes

Depuis le début de la crise, la situation est chaque jour plus grave pour les jeunes : extension de la misère et recours massif à des aides alimentaires d’urgence, explosion du chômage, isolement et dépression... Jusqu’à présent le gouvernement n’a mis en place que des mesures cosmétiques, comme les repas à 1€, distribués dans des universités fermées depuis la rentrée. Aucune aide sociale sérieuse n’a été mise en place, et la majorité macroniste au parlement a même refusé la mise en place d’un RSA pour les jeunes, revenu qui aurait pourtant été clairement insuffisant. En revanche, l’exécutif ne se prive pas de continuer à débourser des milliards d’euros pour les grandes entreprises qui continuent de licencier.

C’est dans ce contexte de crise sociale profonde que la ministre Frédérique Vidal a entamé une nouvelle offensive réactionnaire dans les universités, demandant une enquête sur « l’islamo-gauchisme » au CNRS. L’utilisation de ce concept d’extrême-droite par la ministre, visant notamment à s’attaquer aux études et enseignements anti-racistes, féministe et plus largement progressistes, a suscité une large levée de boucliers dans la communauté universitaire et scientifique. Notamment la Conférence des Présidents d’Universités et le CNRS ont dénoncé ces propos, ainsi que plus de 600 membres du personnel de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche dans une tribune parue dans Le Monde. Ces derniers demandent « avec force », sa démission, contre la « répression intellectuelle ».

Cette « chasse aux sorcières » que le gouvernement souhaite entreprendre dans les Universités, s’inscrit dans une offensive plus générale et profondément réactionnaire, qui a notamment débouché sur l’écriture et la mise au vote de la Loi Sécurité Globale et la Loi Séparatisme, deux textes liberticides et racistes qui avaient entraîné des mobilisations de dizaines de milliers de jeunes dans les principales villes du pays. Aujourd’hui, la section UNEF de Grenoble subit une offensive de l’extrême droite, qui réclame la dissolution de l’organisation pour avoir dénoncé un enseignant qui a tenu des propos islamophobes dans un mail envoyé largement à ses étudiants. Cette offensive abjecte est le résultat de la politique islamophobe de Fréderique visant à museler toutes celles et ceux qui s’opposent à sa politique raciste, et qui laisse toute la place a l’extrême droite pour attaquer des organisations étudiantes.

C’est l’insulte de trop par ce gouvernement autoritaire et arrogant. Frédérique Vidal doit démissionner, et emporter toutes ses réformes avec elle. En effet, non seulement celle-ci n’a rien fait pour les étudiants aujourd’hui dans la misère, mais elle est surtout largement responsable de la situation en ayant créé les conditions pour que puisse s’installer une telle situation de misère. Parmi les réformes qu’elle a mise en place et qui doivent être immédiatement abrogées :

→ La Loi ORE qui a instauré Parcoursup, généralisé la sélection à l’Université et pousse les étudiant•e•s les plus précaires et impactés par la crise hors des universités : contraignant les jeunes à des jobs précaires sur un marché du travail contracté où le chômage augmente.
→ Le plan cyniquement appelé « Bienvenue en France », mesure raciste qui prévoyait de multiplier par 10 les frais d’inscriptions pour les étudiant•e•s étranger•e•s « extra européen•e•s », alors que ceux-ci ne bénéficient par ailleurs pas des bourses, et qu’ils constituent une partie importante de celles et ceux qui demandent de l’aide alimentaire d’urgence.
→ La Loi de Programmation de la Recherche qui précarise les chercheurs, soumet toujours plus la recherche aux impératifs du marché, et criminalise les mouvements étudiants.

Pour cette revendication, pour l’abrogation des lois racistes et islamophobes, ainsi que pour un revenu étudiant à hauteur du smic et des moyens pour rouvrir les universités, il faut que la jeunesse se mobilise aux côtés de tous les travailleurs qui subissent les licenciements et l’augmentation du chômage, précarisés par la crise et les attaques du gouvernement : jeunes et travailleurs, c’est tous ensemble que nous gagnerons contre Macron et son monde !

Contacte nous sur nos réseaux sociaux pour manifester avec le poing levé !




Mots-clés

Mobilisation   /    Frédérique Vidal   /    Jeunesse   /    Jeunesse