^

Notre classe

0 supressions d'emploi 0 baisses de salaire

Le Collectif des Salariés de l’aéro dénonce les 1000 supressions d’emplois chez Thales

Le 17 septembre, des salariés syndiqués ou non syndiqués de 19 boites de l’aéronautique se sont réunis pour préparer une réponse unitaire devant les attaques patronales. Représentants des donneurs d’ordres et sous-traitants, les salariés ont fait un premier pas pour casser la division artificielle qui règne dans le secteur et affirmer "si on touche à l'une, on touche à toutes !". Ils ont dénoncé la suppression de 1000 emplois chez Thalès et appellent à les rejoindre

mercredi 28 octobre

Crédit photo : France télévision

Le patronat de la filière aéronautique profite de la crise pour s’en prendre à nous, travailleurs·euses : plans de licenciement, baisses de salaire, dégradation de nos conditions de travail, recours au chômage partiel de longue durée... La dernière attaque en date vise les salarié·e·s de Thales AVS. La société prévoit de supprimer 1000 emplois ! Tout en touchant des aides de l’État, que ce soit via le « plan de relance » ou l’Activité Partielle de Longue Durée (APLD), qu’il utilise pour financer les licenciements. À Toulouse, ce sont 196 emplois qui sont menacés. Nous apportons notre soutien de classe le plus total aux travailleurs·euses de Thales AVS. À Thales comme ailleurs, le patronat utilise « le dialogue social » pour organiser nos défaites.

Nos vies ne sont pas négociables : 0 suppression d’emploi ! 0 baisse de salaire ! 0 perte de savoir faire !

Baisse du temps de travail ! Contrôle ouvrier des aides publiques ! Communiqué du collectif dessalarié·e·s de l’aéronautique sur Thalès etla situation du secteur Le collectif des salarié·e·s de l’aéronautique se tiendra toujours aux cotés des travailleurs·euses en lutte. Une attaque contre l’un·e d’entre nous est une attaque contre nous tou·te·s. Les travailleurs·euses n’ont pas à payer la crise. Alors qu’Airbus prétend se préparer à la reprise de l’activité, le patronat persiste dans la casse sociale, son unique objectif : la restructuration par le bas de la filière aéronautique et plus de profit pour les actionnaires et les patrons. Face à toutes ces attaques, ne nous laissons ni diviser ni assommer. Il n’y a pas de fatalité, il est nécessaire d’impulser et d’articuler une riposte unitaire de l’ensemble des travailleurs·euses de la filière, sous-traitants comme donneurs d’ordre. À cette fin, nous appelons l’ensemble des travailleurs·euses et syndicats de la filière à rejoindre le collectif des salarié·e·s de l’aéronautique.

Contactez-nous à l’adresse mail : [email protected]

Signataires :
CGT Latécoère
UNSA Derichebourg Aeronautics et « Collectif des Salariés de Derichebourg »
CGT Mécachrome
CGT Toray
CFDT AAA et « Collectif des salariés de AAA »
CGT Airbus
CGT Airbus D.S
CGT AKKA
CGT Modis
CGT Ateliers de la Haute-Garonne
CGT CIM
CGT Ventana Toulouse
CGT Thalès Toulouse
CGT Alten Sud-Ouest
CGT Liebherr Aerospace
CGT LPF-Sopadem
CGT DSI
Coordination CGT des syndicats de l’aéronautique (Airbus - Sous-Traitants - Equimentiers)
CNT31
CGT Capgemini
CGT Altran Sud-Ouest
CGT Tofer
CGT Mecaprotec
CGT Ausy




Mots-clés

Suppressions de postes   /    Suppression d’emplois   /    Licenciement(s)   /    Aéronautique   /    CGT   /    Notre classe