^

Notre classe

La crise ? Pas pour tout le monde

Le Covid chez PSA : 25 000 suppressions d’emplois et 595 millions de bénéfices

Ce 28 juillet, tous les journaux patronaux font l’éloge du groupe PSA et de Carlos Tavares. Le résultat de sa politique ? 25 000 suppressions d'emplois sur le groupe, des postes supprimés et 595 millions de bénéfices net au premier semestre 2020 !

mardi 28 juillet

 Crédits photo : DANIEL ROLAND / Crédits : AFP 

Des baisses de volume et des intérimaires virés après le confinement

Le groupe PSA, qui a fait des gros efforts sur les coûts fixes et variables pour faire des gains et plus de rentabilité, visait « pour 2019-2020 une marge opérationnelle courante moyenne supérieure à 4,5 % pour la division automobile, Opel Vauxhall », ce qui veut signifie très clairement de nouvelles suppressions de postes partout dans le monde. C’est notamment pour cette raison que, malgré les ventes qui sont tombées a moins 45,7%, le groupe n’a pas perdu beaucoup. Il a même fait du bénéfice, en particulier grâce au chômage partiel, où l’Etat a payé les salaires à la place de PSA. A la reprise en juin, la plupart des intérimaires du groupe on été mis en fin de mission et envoyés à Pôle emploi, comme ce fut le cas à Mulhouse. Une politique passée sous silence dans les médias dominants, qui n’évoquent pas ces milliers de suppressions d’emplois.

Les bénéfices de PSA doivent servir à embaucher et créer des postes

Le résultat opérationnel courant (ROC) du groupe est de 517 millions d’euros. Certes moins qu’au premier trimestre 2019 avec 3,3 milliards. La branche automobile a atteint 731 millions, en baisse de 72,5% sur un an. Mais cela reste très élevé. Ces résultats ne remettent pas en cause le fait que PSA va dépenser plusieurs milliards pour réaliser la fusion Fiat-Chrylsler et conserve plus de 10 milliards accumulés depuis des années. Par ailleurs, le bénéfice net de PSA au premier semestre 2020, malgré la crise, est estimé à 595 millions d’euros !

Des chiffres honteux lorsqu’on sait que le groupe a supprimé 25 000 emplois dans le monde, et a condamné des milliers d’intérimaires au chômage par le non-renouvellement des fins de mission. Ainsi, la bonne nouvelle est bien pour les actionnaires, et non pas pour les salariés.

Comme lors du confinement, ou la fermeture du site de Mulhouse avait été imposée par la lutte, il s’agit aujourd’hui de se battre contre la politique de la direction de PSA. Il s’agit d’un impératif pour ne plus crever au boulot.

C’est cette même logique de lutte des classe qu’il faudra imposer pour l’embauche de tous les précaires, et la création de postes pour travailler dans des conditions humaines, et ne pas tout sacrifier sur l’autel des profits capitalistes. Ce sont les tâches auxquelles nous devons nous atteler pour la rentrée prochaine.




Mots-clés

Covid-19   /    Crise sanitaire   /    Crise économique   /    Crise sociale   /    PSA   /    Notre classe