×

Dans les raffineries...

Le Havre, Lyon, Marseille : des rassemblements en solidarité avec les raffineurs en grève ce mardi

Face aux tentatives de bashing du mouvement de grève, des rassemblements sont appelés ce mardi sur les piquets de grève de Total et d’ExxonMobil. Soutien aux grévistes !

Philomène Rozan

10 octobre 2022

Facebook Twitter

Crédit photo : Révolution Permanente

Les raffineurs d’ExxonMobil sont en grève depuis désormais trois semaines, tandis que chez Total plusieurs sites ont rejoint le mouvement le 27 septembre, à l’instar de la raffinerie de Normandie qui est à l’arrêt. Dans les deux entreprises le point de départ a été le même : face à l’inflation, il faut augmenter les salaires. Ce d’autant plus que le patronat du pétrole est en train de voir ses profits augmenter de manière exponentielle sur le dos de la crise énergétique.

Dans ce cadre, et alors que le mouvement a été reconduit ce matin, des rassemblements en solidarité avec la grève sont appelés pour ce mardi 11 octobre. Un tract de la CGT-FNIC rappelle l’objectif du mouvement : « des mesures sur les salaires qui soient supérieures à l’impact de l’inflation ». Et face à une situation qui frappe l’ensemble de la population, avec des fins de mois de plus en plus difficiles, la Fédération Nationale CGT des Industries Chimiques en appelle à l’« élargissement des luttes pour les salaires dans l’ensembles des entreprises »

La CGT lance donc un appel à « l’ensemble des syndicats, salariés, citoyens à venir manifester leur soutien aux travailleurs et travailleuses en grève reconductible directement sur les piquets de grève ». A Fos-sur-mer, le rendez-vous est donné à 8h30 devant le site ESSO. En Rhône-Alpes, le rassemblement est prévu à midi devant le site de Total Energies à Feyzin. En Normandie le rassemblement se tiendra à midi également, devant le site Esso de Notre-Dame de Gravenchon.

Des rassemblements appelés alors qu’au Havre se tiendra à 13h30 un procès contre Total en lien avec l’incendie qui s’était déclaré en 2016 lors d’opérations de maintenance faisant cinq blessés. Une coïncidence qui rappelle les conditions de travail dangereuses et de plus en plus dégradées des raffineurs. Un constat qui a également contribué à la colère des travailleurs, comme le soulignait Alexis Antonioli à notre micro : «  On a des conditions de travail qui se dégradent de plus en plus, on a des risques réels, on a eu deux morts sur la plateforme en l’espace de trois ans ».

L’appel aux rassemblements de solidarité arrive après que le patronat et le gouvernement aient été à l’offensive ces derniers jours pour salir l’image du mouvement, en s’appuyant sur la situation de pénurie où une station sur trois est à sec. Les termes de « prises d’otage » ont comme d’habitude été de mises. Ce lundi matin, Jean-Marc Durand directeur du raffinage de Total Energie, a même osé dire sur BFM TV que la situation de grève « empoisonne la vie des français ». Une tournure honteuse de la part de la direction d’une entreprise aussi polluante, qui cache (mal) la volonté de stigmatiser les grévistes en cherchant à isoler le mouvement du soutien populaire qui pourrait l’entourer.

Face à cette tentative, le tract rappelle l’évidence : « l’objectif des grévistes n’est absolument pas de gêner les usagers ». Bien au contraire les grévistes de chez Total et Exxon soulèvent un enjeu valable pour l’ensemble de la population, celui des salaires. En ce sens la grève dessine la nécessité d’un combat uni de l’ensemble des travailleurs pour défendre non seulement une augmentation généralisée de salaires, mais également l’indexation de ces derniers sur l’inflation.

En outre, être solidaire avec les grévistes des raffineries c’est aussi participer à la lutte contre des groupes pétroliers qui détruisent la planète et ont augmenté drastiquement le prix du carburant, faisant exploser leurs bénéfices. Contre toutes les tentatives de division, il faudra être nombreux demain à rejoindre les grévistes sur les piquets ou à donner à la caisse de grève pour leur permettre de poursuivre le combat.


Facebook Twitter

Philomène Rozan

Etudiante à l’Université Paris Cité , élue pour Le Poing Levé au Conseil d’Administration

Répression syndicale, du jamais vu depuis l'après-guerre

Répression syndicale, du jamais vu depuis l’après-guerre

Education. Dans le 95, la mobilisation se construit autour du lycée Simone de Beauvoir

Education. Dans le 95, la mobilisation se construit autour du lycée Simone de Beauvoir

Grève des aiguilleurs les 23 et 24 février : les salaires continuent d'attiser la colère cheminote

Grève des aiguilleurs les 23 et 24 février : les salaires continuent d’attiser la colère cheminote

« C'est du jamais-vu » : Grève massive des conducteurs de bus de Lacroix pour les salaires

« C’est du jamais-vu » : Grève massive des conducteurs de bus de Lacroix pour les salaires

Grève illimitée à l'hôpital du Mans : « On met des rustines à chaque fois mais on est au bout »

Grève illimitée à l’hôpital du Mans : « On met des rustines à chaque fois mais on est au bout »

Reconductible à Paul Eluard : la mobilisation se construit contre la casse de l'éducation

Reconductible à Paul Eluard : la mobilisation se construit contre la casse de l’éducation

Grève : l'usine Bosch de Mondeville à l'arrêt contre la menace de suppression d'emplois

Grève : l’usine Bosch de Mondeville à l’arrêt contre la menace de suppression d’emplois

Pourquoi les grèves catégorielles se multiplient-elles à la SNCF ?

Pourquoi les grèves catégorielles se multiplient-elles à la SNCF ?