^

Politique

Pour un tweet sur « l’implication de la police dans la mort de Adam et Fatih »

Le Procureur de Paris ouvre une enquête contre le journaliste militant Taha Bouhafs pour un tweet

Suite à tweet "sur l’implication de la police dans la mort de Adam et Fatih", le procureur de Paris a ouvert une enquête contre Taha Bouhafs. Le journaliste militant est l'auteur de la vidéo du 1er mai 2018 qui a contribué à médiatiser l’affaire Benalla. Une enquête ouverte à la veille de l'anniversaire de l'affaire de la Contrescarpe.

mardi 30 avril

Sur son profil tweeter, Taha Bouafs nous apprend qu’une enquête est ouverte contre lui par le Procureur de Paris : « Bonsoir, Nous sommes la veille du 1er mai et le Procureur de Paris à ouvert une enquête contre moi et me fait convoqué pour un tweet que j’ai écrit sur l’implication de la police dans la mort de Adam et Fatih deux jeunes des quartiers de Grenoble en Mars. »

Taha Bouafs, militant anti-raciste et journaliste, est notamment l’auteur de la vidéo sur laquelle on voyait un homme avec un casque de policier molester des manifestants – cet homme, c’était Benalla. Alors que l’enquête est ouverte à quelques jours de l’anniversaire de l’affaire de la Contescarpe, le journaliste militant explique que « cette affaire, écrit-il dans un tweet, s’inscrit dans la politique d’intimidation et de représailles contre la presse alternative. Ils veulent empêcher la mise en lumière les dérives de l’état policier. Peut être est-ce ma vidéo de Benalla le 1er mai dernier qui leur est restée en travers de la gorge ? ».

Face à cette enquête ouverte par le procureur de Paris à la veille du 1er mai, Taha Bouhafs interroge le deux poids deux mesures de cette justice. "Pendant ce temps là 220 enquêtes pour violences policières sont bloquées. Apparemment le procureur de la république de Paris est plus rapide pour convoquer un journaliste pour un tweet qu’un policier pour une mutilation", explique-t-il. En effet, si plus de 220 enquêtes sont en cours suite aux signalements de violences policières pour l’heure aucun verdict n’a encore été rendu car, selon Castaner, elles "prennent un peu de temps"...

A la veille du 1er mai, l’ouverture de cette enquête, par le procureur de Paris s’inscrit dans un contexte de répression policière et judiciaire accrue contre les journalistes indépendants notamment comme Gaspard Glanz ou encore tout récemment Yasin Blotas du média indépendant Civicio. Ce qui est visé, explique Youcef Brakni du collectif Vérité et Justice pour Adama, c’est son "engagement contre les violences policières". Taha Bouhafs est connu pour son engagement contre les violences policières qui sévit quotidiennement dans les quartiers populaires, et s’abat aujourd’hui brutalement contre les Gilets jaunes.




Mots-clés

journalisme   /    Répression   /    Politique