^

Politique

Et maintenant, l'opération « Port mort »

Le blocage des dockers et portuaires met à l’arrêt la raffinerie de Donges

Depuis dimanche, l’unité de distillation de la raffinerie de Donges a été mise à l’arrêt. Ce week-end, un piquet de grève de la CGT a bloqué l’approvisionnement en pétrole brut de la raffinerie ce qui a provoqué la mise en arrêt par la direction du site. Une première victoire pour les raffineurs, en grève à partir de mardi et pour trois jours, qui doivent prochainement voter la mise à l’arrêt des autres unités de la raffinerie.

lundi 13 janvier

Crédits photos : Le blocage des activités du Grand Port de Nantes Saint-Nazaire va reprendre cette semaine. / © France Télévisions

Depuis dimanche, l’unité de distillation (la première étape du raffinage du pétrole brut) du site de Donges a été mise à l’arrêt. La cause ? « Les marins de notre prestataire du Port de Saint-Nazaire ne peuvent pas accéder à leurs remorqueurs depuis vendredi, l’accès au quai étant bloqué par un piquet de grève », explique la direction de Total. Ainsi, un pétrolier chargé de brut n’a pas pu accoster le port de Saint-Nazaire en raison des blocages. « En conséquence, la raffinerie de Donges ne peut pas être approvisionnée en pétrole brut. Cet événement a conduit à l’arrêt de l’unité de distillation au sein de la raffinerie ce dimanche ».

A l’appel de la CGT, le piquet de grève a permis d’empêcher l’approvisionnement en pétrole brut, matière première essentielle au fonctionnement de la raffinerie. « Ce qu’on vise, c’est le blocage de la raffinerie de Donges. Là, il y a un gros impact financier, une grosse pression sur le gouvernement ! », explique un représentant syndical. En bloquant, les personnes mobilisées ont combiné parfaitement leurs actions aux grévistes de la raffinerie de Donges, qui devaient justement se prononcer sur l’arrêt des installations ce lundi lors d’une Assemblée générale du personnel. Ils n’ont pas pu le voter puisque la direction de Total a été obligée de mettre à l’arrêt la raffinerie à cause du blocage mis en place par le piquet de grève.

Pour mettre la raffinerie à l’arrêt, les grévistes ont dû suspendre leur mouvement de grève ce samedi pour faire les manœuvres d’arrêt en toute sécurité. Toujours déterminés, les raffineurs seront de nouveau en grève de mardi, 5h, à vendredi matin. Comme perspective, l’arrêt total des expéditions de carburant, explique Fabien Privé Saint-Lanne, secrétaire CGT à la raffinerie de Donges. Si pour l’heure, l’arrêt des installations n’a pas été voté par les grévistes, cette perspective du durcissement est à l’ordre du jour.

En ce qui concerne le port, le personnel marin est lui aussi en grève à partir de mardi et pour 3 jours, et notamment l’activité de lamanage qui consiste à faire l’assistance à l’amarrage des navires. Ainsi, l’activité du Grand Port de Nantes Saint-Nazaire promet d’être perturbée.

Avec l’arrêt de l’unité de distillerie, c’est bien à un durcissement du mouvement qu’on assiste à la raffinerie de Donges. Ce par une combinaison inédite entre les piquets de grève qui ont bloqué les approvisionnements en pétrole brut et la grève au sein des raffineurs, qui bloque les expéditions de carburant. Une première depuis le début du mouvement de grève chez les raffineurs. S’y ajoutent la grève des marins et personnels terrestres du port de Saint-Nazaire ainsi que les personnes mobilisées à l’appel de la CGT.

Il s’agit d’une victoire telle que le groupe pétrolier cherche par tous les moyens à diminuer l’impact de ces arrêts de la distillerie, première unité à l’arrêt de la raffinerie de Donges. Très rapidement, la direction du groupe Total a essayé de communiquer en affirmant que « Le blocage ayant été levé ce jour, l’accostage du bateau sur l’appontement de la raffinerie est en cours ». Elle annonce même programmer le redémarrage de la raffinerie. Pour l’heure, c’est l’opération communication qui est en cours, cherchant par tous les moyens à diminuer l’impact que pourrait avoir cette opération menée de main de maître par les grévistes, marins, raffineurs, et par les piquets de grève.




Mots-clés

Grèves raffineries    /    CGT   /    Politique