^

Politique

Nouvelle victime de la répression

Le corps retrouvé dans la Loire est bien celui de Steve #JusticePourSteve

Alors que Mediapart révélait hier des documents éclairant la responsabilité de la préfecture et de la mairie dans les événements qui ont conduit à la disparition d’un jeune homme lors de la Fête de la Musique, un corps a été retrouvé hier dans la Loire. On a appris dans la journée qu'il s'agissait bien de celui de Steve.

mardi 30 juillet

Steve Maia Caniço, 24ans, a disparu le soir de la Fête de la Musique, après une charge policière violente sur le Quai Wilson à Nantes qui avait conduit à la chute dans la Loire d’une dizaine de personnes, venues faire la fête comme chaque année.

Depuis 1 mois les mobilisations se multiplient face au silence des politiques sur cette disparition. La semaine dernière un rassemblement Quai Wilson a réuni plusieurs centaines de personnes autour du mot d’ordre « Où est Steve ? ». Dans d’autres villes, des manifestations ont également eu lieu comme à Nancy il y a quelques jours, ou à Beaumont-sur-Oise le 20 juillet à l’occasion d’une marche pour Adama Traoré où Steve était présent dans toutes les têtes. Les manifestants ont tous dénoncé la répression policière qui se généralise et qui a conduit à la disparition du jeune homme.

Si les recherches sont menées depuis la disparition de Steve, un sonar n’a été prêté et mobilisé que depuis la semaine dernière. Inquiets sur la réalité des recherches, des proches de Steve et des soutiens mobilisés avaient même souhaité lancer leurs propres recherches, avant de se raviser en raison des réserves émises par la famille de Steve.

Finalement un corps a été retrouvé hier dans la Loire. L’autopsie a finalement confirmé aujourd’hui qu’il s’agissait bien du corps de Steve. Cette nouvelle très dure mais attendue vient conclure un long mois d’attente, mais elle ne saurait mettre fin à l’affaire.

En effet, c’est désormais la question de la responsabilité de la police, de la préfecture et du gouvernement, ainsi que de la mairie qui doit être mise en lumière. A ce titre, Mediapart révélait hier des documents qui incriminent la Préfecture. En effet, un rapport de 2017 mettait en avant les risques liés à une intervention sur le Quai Wilson. Alors que le Préfet de Loire-Atlantique avait légitimé l’intervention policière en accusant les organisateurs quelques jours après l’annonce de la disparition de Steve, ce rapport démontre que la Préfecture était parfaitement au courant du caractère dangereux d’une telle intervention.

Le témoignage d’un policier ayant participé à des opérations de « sécurisation » dans le cadre de Fêtes de la Musique à Nantes et interrogé par Mediapart souligne également l’évolution vers une répression de plus en plus violente : « Ce rapport montre également des changements dans l’usage de la force. C’est le même commissaire qui en 2017, décide de rester à distance et qui deux ans plus tard, emploie massivement les gaz lacrymogènes. Il a perdu le sens de l’appréciation, de la nuance, mais il faut remettre cela aussi dans un contexte plus général de durcissement des opérations de police. La hiérarchie n’y est évidemment pas étrangère et les pressions peuvent être fortes. »

Pourtant, il est probable que dans cette affaire, comme dans toutes celles où la police est mêlée à des événements dramatiques - de la mort d’Adama Traoré à celle de Zineb Redouane, en passant par les centaines de Gilets jaunes blessés et mutilés -, les policiers et a fortiori leur hiérarchie, notamment la Préfecture sans parler du gouvernement et du ministre Castaner, s’en sortent en toute impunité.

Si Christophe Castaner a ouvert une enquête de l’IGPN sur les événements, celle-ci ne sera pas nécessairement suivie d’effets. Concernant la responsabilité de la Préfecture, Mediapart rappelle que l’Inspection Générale de l’Administration n’a pas été saisie. Enfin, pour ce qui est de la responsabilité de Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur responsable d’une répression toujours plus violente et dont la démission a été demandée à de multiples reprises, il est peu probable que l’annonce de la mort de Steve lui soit également imputée.

Pourtant, comme le savent tous ceux qui se mobilisent pour Steve depuis un mois c’est bien le déchaînement de violence policière sur le Quai Wilson le soir de la Fête de la Musique qui a conduit à la disparition et à la mort de Steve.

Crédit photo : Loïc Venance / AFP.




Mots-clés

Justice Pour Steve   /    Christophe Castaner   /    Emmanuel Macron   /    Violences policières   /    Répression   /    Politique