^

Politique

Coronavirus

Le gouvernement aux côtés des patrons face au coronavirus : les travailleurs au second plan

L’épidémie du Coronavirus poursuit son extension, avec des impacts économiques encore difficilement identifiables. Suite aux dernières annonces gouvernementales à ce sujet, le doute plane sur les conséquences pour les travailleurs.

samedi 29 février

Lors de la désormais quotidienne annonce gouvernementale, la question des impacts économiques du coronavirus a été longuement discuté. A l’échelle internationale la problématique prend de l’ampleur et vient accentuer les tensions économiques et géopolitiques d’un système capitaliste déjà mal en point.

Ce vendredi 28 février au matin, c’est le trio ministériel économie, travail et santé qui a pris la parole décrétant de nouveaux ajustement face à l’extension du virus en France. Bruno Le Maire a insisté sur le fait que les mesures correspondent à « un cas de force majeur », élément de langage repris dans tout les médias.

« Nous répondrons aux attentes et aux besoins de tout les chefs d’entreprises français »

Le ton était clair durant les différentes prises de paroles, le gouvernement prend principalement a cœur la « protection des entreprises » et s’est ainsi engagé à répondre « aux attentes et aux besoins de tout les chefs d’entreprises français ». Rien d’étonnant finalement, seulement une nouvelle expression de la politique macronienne, fidèle aux intérêts économiques avant tout.

Tout un discours pour donc rassurer le milieu des affaires et le patronat, avec quelques mesures notamment la suspension des pénalités de retard pour les entreprises participants aux marchés publics, mais aussi un possible étalement des charges sociales et fiscales pour les entreprises touchées.

Dans la volonté « d’éviter toute panique économique », qui semble d’ores et déjà toucher les places financières mondiales, Bruno Le Maire a assurée une maîtrise de la situation passant par un dialogue et une coordination avec le reste de l’Europe. Concrètement, c’est le chiffre de 0,1 point de croissance en moins sur les prévisions annuelles qui est maintenu faute de mieux, car cette estimation a été faîte alors que l’épidémie était uniquement localisé en Chine. Le ministre a donc annoncé que le chiffre augmentera certainement.

Un discours envers les entreprises, des doutes pour les travailleurs

Finalement, la majorité de la population n’a été que très peu cité durant le discours, les inquiétudes pour les profits passent avant. Des appels sont donc solennellement lancé à la « responsabilité citoyenne », en somme ne plus serrer la main et tousser dans le coude.

Concernant les mesures déjà prise, en cas de confinement ou d’arrêt de travail, elles sont tout de même élargies aux parents dont les enfants seraient touchées, le délai de carence est donc supprimé dans ces cas.

Mais une des annonces peut s’avérer inquiétante, celle autorisant de la mise en chômage partiel des travailleurs dans les entreprises en difficultés. Encore une mesure visant à « protéger nos entreprise », mais cette fois, pas de précision concernant les indemnisations, laissant en doute la possibilité pour des centaines de travailleurs de se retrouver avec des salaires fortement amoindris.

Crédits photo : AFP




Mots-clés

Coronavirus   /    Bruno Le Maire   /    Emmanuel Macron   /    Politique