^

Politique

Le gouvernement élimine la notion de "cas contact" dans les écoles et nie les clusters dans l’Éducation nationale

Ce jeudi, Olivier Véran a pris la parole pour annoncer la stratégie du gouvernement face au regain de l’épidémie : priorisation des tests, mesures locales et, surtout, moins de restrictions dans les écoles. Tout cela dans le but de “conserver notre vie sociale et économique”. Une fois de plus, et comme depuis le début de la pandémie, le gouvernement choisit de préserver les profits en maintenant la vie économique, et ce, au détriment de notre santé.

vendredi 18 septembre

Crédits photo : MARTIN BUREAU / AFP

Malgré le fait que 53 départements aient désormais dépassé le seuil d’alerte, que “tous les indicateurs montrent une progression de l’épidémie”, et que la “circulation active” du virus chez les jeunes aient des conséquences directes sur les personnes âgées, le ministre a annoncé, selon les recommandations du Conseil scientifique, que “les enfants, en primaire, en maternelle, en crèche, sont peu susceptibles de se contaminer entre eux et de contaminer les adultes autour d’eux ». Ainsi, « lorsqu’un enfant est positif (…), il doit être isolé sept jours chez lui, mais les autres enfants de sa classe pourront normalement continuer à se rendre à l’école”. Alors même qu’il a reconnu l’impact que les jeunes peuvent avoir sur les personnes âgées, donc les personnes les plus fragiles, le gouvernement persiste et signe en ne donnant aucun moyen à l’Éducation nationale pour s’adapter à la situation. Une démonstration plus qu’évidente de la politique criminelle du gouvernement, qui consiste à faire passer l’économie et les profits du patronat devant notre santé.

Plus encore, quant à la question des tests, le ministre a annoncé que désormais, du fait au grand nombre de demandes auquel font face les centres de dépistage, une liste de personnes prioritaires sera mise en place. Seront prioritaires les personnes disposant d’une prescription médicale, les personnes symptomatiques, les soignants, les aides à domicile et les cas contacts. Ainsi, face au débordement des centres de dépistage, au lieu de mettre en place des moyens à la hauteur de la crise sanitaire, le gouvernement adopte une stratégie restrictive, quitte à limiter le nombre de personnes pouvant se faire tester. En effet, dans beaucoup d’endroits, il faut parfois faire la queue pendant plusieurs heures pour pouvoir se faire tester, ce qui rend la démarche parfois impossible ou en tout cas difficile pour ceux qui travaillent et ont des contraintes. Tout cela pour recevoir les résultats dans des délais qui peuvent même dépasser les 7 jours !

Depuis le début de la crise, le gouvernement nous a montré quelle était sa priorité. Alors qu’aujourd’hui nous faisons face à une seconde vague qui risque de s’avérer aussi meurtrière que la première, il est urgent d’exiger des moyens à la hauteur de la crise, à commencer dans l’éducation, afin d’assurer la distanciation entre les élèves et les personnels, d’isoler les personnes contaminées et les cas contact, en bref d’avoir des conditions pour enseigner, pas pour contaminer. Aujourd’hui, les écoles constituent la garderie du MEDEF, pour que les parents puissent continuer à aller travailler sans à avoir à s’occuper de leurs enfants, et ainsi maintenir l’économie. Face à cette situation, il est urgent d’exiger des centres de dépistage dans tous les établissements scolaires, ainsi que des masques gratuits de qualité à la disposition de toutes et tous, ainsi que des moyens pour organiser les cours autrement, adapter les rythmes, les emplois du temps et le nombre d’élèves en embauchant massivement agents et personnels d’éducation et en construisant des écoles, afin d’éviter la création de clusters dans les établissements scolaires.




Mots-clés

#MasquesGratuits   /    Masques   /    Education nationale    /    Education Prioritaire   /    Education   /    Politique