^

Politique

Justice de classe

Le manifestant immobilisé au sol et frappé sera jugé pour violences sur les policiers

La vidéo d'un jeune homme battu par la police à la manifestation de samedi 18 janvier à Paris, alors qu'il avait le visage en sang, a fait le tour de la toile. Celui-ci avait alors été placé en garde à vue. Ce lundi, trois policiers ont porté plainte contre lui, et à sa sortie de cellule, il a reçu une convocation au tribunal.

lundi 20 janvier

La vidéo choquante de l’interpellation de Clément, présent à la manifestation de samedi 18 janvier à Paris, avait rapidement fait le tour des réseaux sociaux. Elle avait fait un tollé alors qu’une polémique nationale sur les violences policières avait éclaté quelques jours plus tôt, suite à la répression très dure de la manifestation syndicale du jeudi 9 janvier.

Sous la pression de l’opinion et compte tenu de la violence des images, Castaner lui-même, avait du face à la polémique déclarer : « J’ai vu ces images qui sont des images choquantes pour lesquelles le préfet de police a immédiatement saisi ses services […] pour voir s’ils peuvent trouver une explication », « À l’heure qu’il est, je n’en vois aucune ». Malgré cette prise de position de la part du ministre réputé pour sa violence à l’égard des Gilets Jaunes, l’institution policière a choisi de contre-attaquer. Ainsi, trois policiers ont porté plainte contre lui, et à sa sortie de cellule, il a reçu une convocation au tribunal. Soutenus par Alliance Police, ils accusent le manifestant de violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique, rébellion et participation à un groupement formé en vue de commettre des violences et des dégradations selon le parquet de Paris contacté par Le Parisien.

Plus c’est gros plus ça passe, Alliance police est allé jusqu’à justifier le tabassage par le fait que Clément aie crié qu’il avait le sida, en crachant du sang au visage du policier. Une version dont on est amplement en droit de douter à la vue de la vidéo.




Mots-clés

Police   /    #JusticeDeClasse   /    Répression   /    Politique