^

Notre classe

#AssezDeViesBroyées

Le procès de Lidl une fois de plus repoussé après le suicide de Yannick Sansonetti sur son lieu de travail

L’entreprise Lidl derrière sa poudre aux yeux servi par les pubs et lors des jours d’intégrations des nouveaux salariés, est bien connue pour ses conditions de travail inhumaines que ce soit en magasin ou en entrepôt comme ont pu nous le démontrer certains témoignages ou reportages. Ces conditions de travail peuvent conduire dans le pire des cas au burn out ou au suicide, que Lidl n’hésite pas à nier, c’est le cas par exemple de Yannick Sansonetti, technicien de maintenance qui s’était pendu sur son lieu de travail il y a quatre ans en mai 2015.

jeudi 23 mai

Voila maintenant trois fois que le procès contre Lidl est reporté, officiellement par absence d’assesseur. Pourtant en première instance Lidl avait été reconnue coupable et ceci du fait de deux rapports du Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) et de l’inspection du travail. Le premier stipulant que Yannick Sansonetti avait subi « un processus de dégradation de l’état de santé psychologique […] Le suicide est l’aboutissement de ce processus » tandis que l’autre concluait à « des agissements répétés de harcèlement moral » avec une « surcharge de travail, pression, propos dénigrants, etc ».

Suite à ces rapports le tribunal des affaire sociales avait alors condamné Lidl à dédommager la famille de 90 000 euros avec comme motif « faute inexcusable de l’employeur ». La firme au chiffre d’affaire de 74,6 milliards d’euros en 2016 avait refusé cette décision de justice et avait appel et depuis ce jour le procès à été reporté trois fois et ne se tiendra selon les dernières infirmations qu’en novembre prochain. Une nième démonstration du mépris de la vie travailleurs par le patronat dans sa course aux profits.

Par ailleurs, le suicide de Yannick Sansonetti n’est pas un cas isolé au Lidl de Rousset, dernièrement un autre cas de harcèlement moral a été signalé et une information judiciaire a été ouverte. C’est le responsable d’entrepôt Patrice Tonarelli, supérieur et collègue de Yannick Sansonetti qui est aujourd’hui victime de la firme, il dénonce qu« À partir de 2014, on m’a demandé de faire des listes de personnes à éliminer, à licencier, dont Yannick. Pour moi c’était inconcevable, irréalisable, j’ai toujours refusé. A partir de là, ça a été le management de la terreur" Le témoignage de Patrice Tonarelli devant la justice et devant le député LFI François Ruffin (alors en charge d’un rapport parlementaire sur le burn-out), lui ont valu son licenciement quelques jours après la publication du rapport parlementaire. Lidl Rousset est donc également assigné aux prud’hommes pour licenciement abusif et harcèlement moral.

Pourtant malgré toutes ces accusation l’entreprise continue de tourner à plein régime et continue de traiter ses salariés de la même manière dans l’impunité la plus totale, d’après le délégué CGT du personnel qui affirme que depuis la mort de Yannick Sansonetti « rien n’a changé ».




Mots-clés

#PlusJamaisAGenoux    /    suicide   /    souffrance au travail   /    #AssezDeViesBroyées   /    Notre classe