^

Société

Coronavirus

Le stade 3 du plan anti-coronavirus fera-t-il craquer l’hôpital public ?

Alors que la barre des 350 cas en France vient d’être dépassée, le gouvernement commence à préparer l’opinion publique au stade suivant du plan contre l’épidémie de coronavirus. Ce stade devrait répondre à la propagation généralisée du coronavirus dans la population.

jeudi 5 mars

Entre mercredi et jeudi, c’est plus de 100 nouveaux cas qui ont été détectés en France, franchissant ainsi la barre des 350 cas et dépassant le Japon en nombre de cas. Il ne fait plus de doute qu’un foyer d’infection important existe en France, foyer qui pourrait prendre un chemin similaire à celui de l’Italie. Face à cela, le gouvernement commence à annoncer le passage au « stade 3 » de son plan contre la propagation du virus dans un futur plus ou moins proche. Sibeth Ndiaye, la porte-parole du gouvernement a déclaré qu’il serait « malheureusement impossible » d’échapper au stade 3.

Ce jeudi, la contamination d’une agente de guichet de la RATP montre aussi la possibilité d’une généralisation de la contagion en Île-de-France. En effet, les travailleurs des transports urbains sont en première ligne face à cette épidémie, étant donné que les canaux de contagion sont difficilement maîtrisables, du fait d’une période d’incubation de deux semaines, et qu’un grand nombre de porteurs n’a que des symptômes modérés ou inexistants. En début de semaine déjà, les syndicats de la RATP avait dénoncé le manque d’action prise par la direction de la RATP, en particulier dans les bus. En plus de l’agente de guichet, un conducteur de bus aurait également été pris en charge des suites du SARS-CoV-2.

Pour information, le stade 3 de la réponse à l’épidémie servirait, en principe, à répondre au mieux à la contagion, si les mesures de contention n’étaient plus efficaces. En particulier, la réponse médicale ne serait plus limitée à des hôpitaux de première ligne mais impliquerait davantage d’hôpitaux et les médecins généralistes. Ce stade implique aussi de mettre en place des modalités de surveillance, en particulier chez les personnes âgées en Ehpad et les plus jeunes.

Au-delà de ces déclarations et des effets d’annonce (comme la mise en disposition d’un fond de 260 millions d’euros appartenant déjà à une réserve budgétaire des hopitaux), le passage au stade 3 pourrait s’avérer ingérable pour l’ensemble des services hospitaliers déjà au bord de la rupture. Il en va de même pour les Ehpad.

De façon générale, les personnels de santé alertent sur l’état des hôpitaux et des Ehpad depuis plusieurs mois, dans l’indifférence de l’ancienne ministre Agnès Buzyn et du reste du gouvernement. Il se pourrait que l’ensemble de la population, et en particulier ceux qui n’ont d’autre choix que l’hôpital public pour se soigner, paie le prix fort des économies et des logiques de privatisation à l’œuvre depuis des années.

Crédits photo : Jean-Marie Godard




Mots-clés

Coronavirus   /    Hôpitaux   /    Société