^

Monde

Pendant que Gaza saigne

Législatives en Israël : Vers une majorité Netanyahu / Extrême-droite orthodoxe ?

Le 9 avril prochain se tiendront, en Israël, les élections législatives. En difficulté dans les sondages, Benjamin Netanyahu devra sans doute composer avec l'extrême-droite et les ultra-orthodoxes pour garder la main. Dans le même temps, les bombardements sur Gaza s'intensifient.

jeudi 28 mars

Photo : © Reuters

A l’approche des élections législatives israéliennes de ce 9 avril, Benjamin Netanyahu se retrouve en difficulté dans les sondages. Sans réel programme, son parti, le Likoud, a polarisé sa campagne autour de la « stature » du Premier ministre israélien.

Le problème, pour Netanyahu, c’est que le principal parti d’opposition « bleu blanc », classé comme « centriste », devance les candidats du Likoud dans les sondages. Dans le même temps, l’extrême-droite nationaliste et les ultra-orthodoxes surfent sur la propagande anti-palestinienne du pouvoir et pourraient obtenir jusqu’à 20 sièges à la Kneset selon les sondages.

Le sang des palestiniens pour « cimenter » l’alliance avec l’extrême-droite et les ultra-orthodoxes

Dans ce contexte, le discours du Likoud déjà très à droite se durcit. L’objectif visé est clair : il s’agit de chercher à proposer une coalition incluant les 4 partis d’extrême-droite et les ultra-orthodoxes dans le but d’obtenir une majorité au Kneset et ainsi permettre à Netanyahu d’obtenir une majorité parlementaire et de garder la main.

Dans une période où la question du conflit israélo-palestinien était passée, relativement au second plan, tandis que la propagande anti-palestinienne du pouvoir était toujours aussi forte, l’extrême-droite et les ultra-orthodoxes ont (encore plus) radicalisé leurs discours et gagné un espace politique sur la question de la colonisation de la Palestine.

C’est ainsi que l’on peut comprendre l’offensive militaire monstrueuse d’Israël, ces derniers jours, dans la bande de Gaza, ramenant la question du conflit israélo-palestinien au centre du débat politique à quelques jours du scrutin. Dans un cynisme électoral absolu, Netanyahu offre ainsi des gages, et pose les bases d’une future coalition au Kneset avec l’aile la plus réactionnaire du sionisme israélien.

C’est donc bel et bien par le sang des palestiniens que Netanyahu entend cimenter son alliance avec l’extrême-droite nationaliste et les ultra-orthodoxes sionistes. Une coalition qui laisse prévoir le pire, dans la période suivant le scrutin, vis-à-vis d’une escalade de la politique d’apartheid d’Israël en Palestine. C’est bel et bien une nouvelle guerre qui se profile, ce qui rend d’autant plus indispensable, ici en France, d’amplifier une solidarité internationaliste avec le peuple palestinien, malgré les tentatives de criminalisation de « l’anti-sionisme » par Emmanuel Macron.




Mots-clés

Israël   /    Monde