^

Politique

Encore un cadeau aux riches !

Les Gilets Jaunes exigent le retour de l’ISF, Macron et le Sénat baissent l’Exit Tax

Un timing parfait. Alors que Macron essayait de reprendre la main face au mouvement des gilets jaunes durant son allocution, le Sénat a voté un allègement drastique de l’exit tax, faisant un énième cadeau aux plus riches.

mardi 11 décembre 2018

Crédit photo : Justin Tallis / AFP

Lundi soir, les sénateurs ont adopté le texte prévoyant de réduire drastiquement l’exit tax. La loi prévoyait que les plus grosses fortunes françaises devaient attendre 15 ans avant de vendre leurs actions, sous peine de payer cette exit tax, à hauteur de 30 % sur les plus-values réalisées à l’étranger.

Macron qui voulait supprimer intégralement l’exit tax pour « redonner de l’attractivité fiscale à la France » avait finalement opté pour un allègement face au tollé provoqué. Et le Sénat a effectivement voté un allègement de l’exit tax, puisque les plus riches n’auront à attendre qu’entre deux et cinq ans pour vendre leurs actions.

L’une des revendications phares des Gilets Jaunes est le retour de l’ISF pour taxer les grandes fortunes, et Macron fait ce nouveau cadeau aux plus riches. Et ce, à quelques minutes de son allocution où il a tout fait pour essayer de se donner une image populaire en essayant de montrer qu’il faisait un pas en avant sur les revendications, et appelant à un « plan d’urgence économique et sociale », qui n’a rien de social et qui est tout aussi néolibéral que le début de son quiquennat.

En effet, lui-même l’avait bien précisé durant son allocution, les miettes qu’il veut accorder aux gilets jaunes se feront sans qu’il n’en coûte « un euro de plus pour l’employeur ». Et en effet, le Sénat vient de le sanctifier en mettant dans la loi une nouvelle possibilité pour les grandes fortunes d’alléger une fois encore leur taux d’imposition, soit la légalisation de l’évasion fiscale par une instance non-élue et hautement réactionnaire. Une énième provocation du gouvernement et de la classe dirigeante qui ne peut que mettre de l’huile sur le feu et qui montre à quel point Macron n’a que faire des revendications des Gilets Jaunes.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    ISF   /    Sénat   /    fiscalité   /    Emmanuel Macron   /    Politique