^

Monde

Justice pour George Floyd

Les conducteurs de bus de Minneapolis refusent de coopérer avec la police

Sur fond de manifestations massives à Minneapolis suite au meurtre de George Floyd, de nombreux chauffeurs de bus de la ville ont refusé d'aider la police et de mettre à disposition leurs bus pour emmener les manifestants en garde à vue. D'autres secteurs sont appelés à suivre leur exemple et à se mettre en grève contre la répression et les violences policières.

vendredi 29 mai

Traduit par : Inès Rossi

La ville de Minneapolis connaît un troisième jour de révoltes suite au meurtre de George Floyd par Derek Chauvin, un agent de police. Les manifestations font rage dans toute la ville, et la police cherche à interpeller massivement les manifestants. La police avait prévu d’emmener ces manifestants au poste dans les bus de la ville, comme elle l’a fait par le passé. Cependant, le mouvement syndical fait déjà preuve d’une solidarité de classe, car certains chauffeurs de bus de Minneapolis refusent d’aider la police à transporter les manifestants dans leurs bus.

Dans un communiqué publié sur Facebook, Adam Bruch, chauffeur de bus à Minneapolis et membre de l’Amalgamated Transit Union Local 1005 (ATU), écrit : "En tant que travailleur des transports en commun et militant syndical, je refuse d’emmener les membres de ma classe et la jeunesse radicale en garde à vue. Si vous vous en prenez à l’un d’entre nous, vous vous en prenez à nous tous. La police a assassiné George Floyd, les manifestations sont totalement justifiées et doivent continuer jusqu’à obtenir gain de cause. Je vais encourager tous mes collègues de travail et les membres du syndicat à refuser eux aussi d’aider la police à envoyer les manifestants en prison."

Avec d’autres membres du syndicat, il a commencé à organiser des collectifs de solidarité avec les manifestants. L’objectif est de garantir que les appels à la justice ne soient pas réprimés, et de montrer que les syndicalistes soutiennent la lutte pour que justice soit rendue à George Floyd.

Ils ont également lancé une pétition réclamant des poursuites contre les quatre officiers impliqués dans le meurtre de George Floyd. Ils réclament également une coordination des journées de manifestation avec des journées d’action planifiées et animées par la jeunesse et les travailleurs, en particulier les personnes racisées. Dans cette pétition, ils s’engagent à "faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que notre travail ne soit pas utilisé pour aider la police de Minneapolis à museler les appels à la justice".

Le syndicat ATU Local 1005, dont Bruch est membre, a également publié une déclaration sur le meurtre de Floyd demandant à "mettre un terme aux exécutions de Noirs par la police".

C’est un pas dans la bonne direction, mais les syndicats doivent faire plus pour que justice soit rendue à Floyd et à toutes les victimes de violences policières. ATU Local 1005, par exemple, pourrait lancer un appel à faire grève tant que les quatre policiers impliqués dans le meurtre de Floyd n’auront pas été inculpés. Les travailleurs de tous les secteurs doivent faire grève contre la répression et les violences policières.

Le procureur hésite déjà à engager des poursuites contre l’assassin, Derek Chauvin, et ses complices, et ce malgré une vidéo qui le montre clairement et explicitement tuer Floyd, et ses collègues rester les bras croisés. Mike Freeman, procureur du Minnesota, a déclaré qu’il allait à l’encontre de son éthique de parler de l’affaire avant que des poursuites ne soient engagées. La mort inhumaine de Floyd ne va-t-elle pas à l’encontre de son éthique ?

Partout, les syndicats doivent être solidaires des masses dans la rue et se mobiliser pour demander justice pour Floyd et toutes les autres victimes de violences racistes.

L’article dont est issue la traduction : https://www.leftvoice.org/minneapolis-bus-drivers-refuse-to-cooperate-with-cops




Mots-clés

Bus   /    Révoltes   /    Minneapolis   /    Police   /    Racisme   /    Etats-Unis   /    Monde