^

Notre classe

#ThéorieDuRuissellement

Les inégalités et la pauvreté augmentent toujours plus en France

Pour l’année, l’INSEE conclut à une hausse de la pauvreté qui toucherait désormais 14,7% de la population, soit plus de 9 millions de personnes, les inégalités continuant de s’accroître. Un progression inédite depuis 2011.

vendredi 18 octobre

Selon la méthode de l’INSSE d’estimation avancée sur la microsimulation, les inégalités auraient encore augmentées durant l’année 2018. La plus forte hausse depuis l’année 2010 (selon l’incide de GINI). Le fossé entre le niveau de vie des 20% les plus riches et des 20% les plus pauvres continue de s’approfondir.

Le 23 août dernier, à la veille de la venue hauts dirigeants de ce monde reçus en grande pompe à Biarritz pour le G7, Macron reçoit à l’Élysée 34 dirigeants de multinationales pour qu’elles s’engagent à la réduction des inégalités. En somme, une des nombreuses tentatives du néolibéralisme laissant envisager, pour les moins assidus, qu’il pourrait y avoir un capitalisme social.

Réduire les inégalités sociales est devenu un mot d’ordre lors de chaque mouvement social. Cependant, malgré l’émergence d’idées d’un Etat plus social qui tend à en être le parfait opposé, ce sont pas moins de 9 millions de personnes touchées par la pauvreté dont 5 millions vivant sous le seuil de pauvreté. Les inégalités de revenus augmentent, les français les plus riches gagnent en moyenne 4000€ de plus que les français les plus pauvres et cet écart ne bouge plus depuis 10 ans, pire, il se creuse.

Une résultante portée par la politique économique de la rigueur d’Emmanuel Macron. En effet, cet accroissement serait du aux multiples décisions du gouvernement de baisser des aides sociales comme les APL. Une baisse sous prétexte d’une économie budgétaire toujours plus rigoureuse pour les populations les plus pauvres les délestant ainsi de quelques dizaines d’euros par mois.

L’augmentation des inégalités s’expliquerait aussi par le fait d’une très forte hausse de certains revenus comme les dividendes (60% environ) profitant aux actionnaires. Collaborant toujours plus avec cette idée néolibérale le gouvernement Macron à mis en place la PFU (Prélèvement Forfaitaire Unique) qui allège la fiscalité sur ces revenus, la fameuse flat-tax. Le PFU est un laboratoire à inégalités concentrant la richesse sur les revenus mobiliers et bloque toute redistribution favorisant in fine les dividendes de plus en plus immorales au vu des d’une pauvreté de plus en plus conséquente. Plus de dividendes et un taux d’imposition à la baisse, la bourgeoisie a gagné d’un côté, comme de l’autre.

En somme, tout ce développement est l’effet de la précarisation du marché du travail dont la volonté est de mettre une pression sur les salaires en les tirant au plus bas. Voici les résultats du « besoin de réforme » tant vanté par le gouvernement Macron. Cette politique définit clairement une politique de lutte contre les classes les plus pauvres.

Le changement de cap annoncé et les effets d’annonce d’Emmanuel Macron ne sont qu’un effet de fumée. Une tentative d’endiguer les mouvements sociaux qui s’amoncèlent, à commencé par les Gilets Jaunes. Ce gouvernement mènent une rude bataille contre les classes laborieuses et il a de plus en de mal a le dissimulé.

Crédit photo : KENZO TRIBOUILLARD - AFP




Mots-clés

pauvreté   /    Inégalités   /    Notre classe