^

Du Pain et des Roses

Féminisme lutte de classes

Les jeunes femmes chiliennes ont fait trembler Piñera, que faire en France ?

Quelle jeunesse féministe construire, comment et dans quel but ?

vendredi 1er novembre

Les jeunes femmes, protagonistes des mobilisations internationales ac-tuelles

À l’heure actuelle, le spectre de la lutte de classe envahit le monde. Des mobilisations et des soulèvements massifs se multiplient où les femmes, surtout les jeunes, sont en première ligne de la bataille.

Au Chili, la jeunesse a été un acteur central des mouvements sociaux qui ont fait trembler le pays contre le gouvernement de Piñera et son modèle néolibéral. Les femmes sont en première ligne des secteurs principalement mobilisés. Les premières mobilisations ont commencé dans le métro de Santiago avec des lycéennes. Au Chili, la plupart des écoles sont non-mixtes et les premiers mobilisations dans le milieu lycéen ont commencé dans les lycées de filles. Celles-ci ont ensuite appelé leur camarades lycéens hommes à les rejoindre dans les actions et la mobilisation. Les étudiantes ont commencé à s’organiser massivement depuis le premier jour de mobilisation. Cela s’est vu, lorsque 19 organisations féministes ainsi que des intellectuels du milieu universitaire, ont écrit une lettre ouverte en appelant à la grève générale contre le néolibéralisme, pour en finir avec le gouvernement de Piñera et pour lutter pour une vie digne et juste. Le gouvernement a peur du potentiel de ces femmes. C’est pour cette raison que plusieurs militantes comme Valentina Miranda, dirigeante de la Coordination Nationale des Étudiants et des lycéens du Chili, ont été arrêtées illégalement dans leur domicile et que plusieurs d’entre elles ont disparues.

Les forces répressives chiliennes appliquent des méthodes de répression et de torture : les femmes sont victimes d’abus et d’agressions sexuelles. Les violences ont pour objectif de les réduire au silence, de les punir et de les discipliner, mais les femmes chiliennes ne lâcheront pas l’affaire ! Toute notre solidarité avec le peuple chilien et les jeunes femmes combatives qui malgré la brutale répression gardent leur détermination pour renverser le gouvernement héritier de la dictature qui impose un modèle néolibéral et pousse les jeunes et les travailleurs dans la misère et la précarité !

À l’échelle internationale, les mobilisations massives de jeunes femmes des derniers manifestations du 8 mars, ont fait trembler la terre.

En Argentine, la marée verte qui se bat pour le droit à l’avortement est composée d’étudiantes, de travailleuses de la santé, de professeures, mais surtout des jeunes filles. Elles se sont mobilisées sous le cri de “Ni una menos” et ont vécu leur première expérience politique en occupant les rues et les écoles et se sont fait un espace dans la scène politique sous le cri de “el patriarcat va a caer” [le patriarcat va tomber].

Au Brésil, le phénomène Ele Nao est central dans le mouvement contre Bolsonaro. Même s’il n’y a pas eu de mobilisations massives, elles incarnent la colère face à la misogynie du président et à ses politiques néolibérales.

Aux États-Unis, le mouvement des femmes Women’s march, qui a mobilisé des millions de personnes contre Trump, a quant à lui été majoritairement intégré dans le régime du bipartisme. En 2017, la politique du Parti Démocrate a réussi à coopter le mouvement. Des milliers de jeunes femmes, latino-américaines, afro-américaines, musulmanes et personnes LGBTI sont rentrées chez elles à cause du mot d’ordre : “Power to the Polls” [Pouvoir aux urnes].

En France, les femmes ont été souvent en première ligne du mouvement des Gilets Jaunes. Samedi 9 mars, le cortège qui portait la banderole “Femmes précaires, femmes en guerre” a réuni des centaines de femmes Gilets Jaunes, de travailleuses d’ONET, des cheminotes, d’autres travailleuses et des étudiantes, faisant la première apparition de Du Pain et des Roses dans les rues en France.

L’État Espagnol a sans doute été le lieu des mobilisations du 8 mars les plus importantes, avec des manifestations et des piquets de grève qui ont commencé depuis la première heure de la matinée dans plusieurs villes du pays. Le mouvement des femmes espagnol n’a pas cessé de croître, pas uniquement en termes de quantité mais en terme d’impact social et politique, et les jeunes femmes sont sans doute les principales protagonistes.

Dans les pays hispanophones, suite à quatre ans de mobilisations en augmentation, le féminisme et le mouvement des femmes a confirmé être un acteur politique, un canal d’expression du mécontentement social et de dénonciation des signes de dégradation des démocraties capitalistes : les inégalités, la précarité, les violences sexistes et sexuelles, etc. Elles sont le haut parleur du mécontentement d’une société en crise économique et sociale.

Ce mouvement plein de force subversive ne s’éteindra pas si on réussit à l’enraciner dans nos lieux d’études et de travail pour transformer la force mobilisée en force organisée. Une force qui puisse toucher toutes les étudiantes et travailleuses qui se mobilisent dans la rue et qui ne veulent pas que le mouvement se réduise à quelques manifestations, aussi massives soient elles.

Les jeunes femmes, celles qui n’ont rien à perdre ?

La jeunesse féminine internationale a grandi dans une époque où les mouvements de femmes du siècle précédent avaient déjà permis de gagner de nombreux droits et libertés démocratiques. Du point de vue de la loi, l’égalité de genre semble être acquise. Les femmes des années 1970 avaient déjà conquis des droits en matière de santé reproductive. Le recul des valeurs traditionnelles nous permet de ne plus être obligées de nous marier comme ont dû le faire les femmes des dernières générations. Le mariage pour tous est un droit acquis -très récemment- dans la majorité des pays occidentaux, les femmes ont le droit à l’éducation et aux études supérieures, elles ont le droit de vivre seules, de voyager, de s’habiller comme elles veulent et même faire des études sur le genre dans les universités ! Qu’est-ce qu’on veut de plus ? De quoi se plaint-on ?

Suite à des années de conquête de droits, lente et graduelle et qui étaient toujours le résultat d’un rapport de force et de lutte, les nouvelles générations ont commencé à voir l’énorme contraste entre l’égalité de droits formelle face et l’inégalité réelle face à la vie. Beaucoup de femmes qui avant ne se mobilisaient pas, soi-disant parce qu’elles “n’avaient plus besoin du féminisme” car on avait déjà conquis l’égalité, se sont rendues compte que les promesses formelles valaient peu face à la vie précaire de la majorité des femmes. Ce qui se combine avec la persistance des nombreuses formes d’oppression patriarcale : les féminicides, les agressions quand on rentre chez nous tard dans la nuit, le harcèlement dans nos lieux d’études, la publicité sexiste qui nous entoure, les relations de couple toxiques, la sous-représentation des femmes dans les postes les plus élevés du monde académique, etc.

Les droits démocratiques conquis dans les dernières décennies sont l’apanage des femmes privilégiées des pays occidentaux. La majorité des femmes dans le monde souffre du manque d’accès aux moyens de contraception et une femme meurt toutes les dix minutes pour cause d’un avortement clandestin. Aujourd’hui, dans plusieurs pays où gouvernent la droite et les secteurs conservateurs, l’attaque contre les droits des femmes et des personnes LGBTI est centrale. Depuis Bolsonaro au Brésil, jusqu’au parti d’extrême droite Vox qui gouverne en Andalousie (État Espagnol), en passant par le discours ouvertement misogyne du président étasunien Trump, la chasse au mouvement des femmes est instaurée sous le mot d’ordre de “lutte contre l’idéologie de genre”.

Si l’oppression des femmes n’est pas née sous le capitalisme, le patriarcat prend des traits particuliers sous ce système de production, devenant un allié indispensable pour l’exploitation et le maintien de l’ordre social de la classe dominante. Les femmes sont les premières victimes de la crise économique : elles sont le plus touchées par les bas salaires, les emplois précaires et le chômage. Du fait de l’oppression patriarcale, elles sont les premières victimes de la politique et des attaques de Macron à l’encontre des travailleurs. En France, le taux de féminisation des emplois à temps partiel dépasse 82%. Le risque de préconisation est aggravé pour les femmes élevant seules leurs enfants : 33% des familles monoparentales se retrouvent avec un revenu inférieur au seuil de pauvreté. La précarité a aujourd’hui le visage des femmes, si les femmes représentent un peu plus de 50% de la population mondiale ainsi que la moitié de la classe ouvrière, elles constituent 70% des personnes se trouvant en situation de précarité ou de pauvreté. La casse des services publics, comme la santé et l’éducation qui sont des secteurs très féminisés, dégradent encore plus les conditions de travail et de vie des femmes. La nouvelle réforme des retraites va également toucher directement les femmes, toujours payées de moins en moins pour le même travail, ce sont elles qui touchent les retraites les plus misérables. De plus, tous les collectifs, les associations comme les Planning familiaux, les centres d’IVG ou les associations LGBTI, à qui l’État délègue toutes ses responsabilités en matière de genre, de santé sexuelle et reproductive, se trouvent de plus en plus menacés par le manque de moyens.

On est l’une des générations les plus formées, mais aussi celle la plus touchée par le chômage et par la précarité. Pour pouvoir financer nos études, on est obligés de travailler comme livreur chez Deliveroo ou comme caissière à Monoprix. Les jeunes femmes sont poussées à travailler dans des emplois dévalorisés et stéréotypées : babysitter, hôtesse d’événements ou encore le travail sexuel comme vendre des culottes à des inconnus ou faire des webcams sexuelles. La jeunesse est poussée vers un avenir de chômage et de précarité, un avenir avec un monde en dégradation, où les ressources s’épuisent et le niveau de l’océan augmente.

Que faire ?

En France, la génération d’étudiantes d’aujourd’hui est sensible aux questions de genre et commence à en avoir marre de l’omerta sur les violences sexistes et sexuelles, l’oppression et des inégalités.

À l’université, les masters et les cours de genre se multiplient. De chaque manifestation du patriarcat, comme par exemple l’inégalité face au travail domestique, les écarts de revenu ou encore le harcèlement sexiste, l’université en fait un chapitre à traiter en cours. Cependant, même si tout semble être étudié, on a l’impression de ne pas comprendre jusqu’au bout le patriarcat. Des études de cas isolées se font, sans essayer d’approfondir sur le caractère structurel du patriarcat, sans comprendre son développement historique, et surtout, sans comprendre comment en finir avec.

La différence de cette génération avec les dernières vient du fait d’avoir accès à internet. En effet, de nombreuses filles, lycéennes et étudiantes, ont facilement accès à de nombreux blogs pour se former sur les questions de genre et sur le féminisme. L’information circule plus vite, les idées se partagent et les mouvements se propagent, cependant, le rôle d’internet a principalement encouragé l’appropriation individuelle de théories en empêchant parfois une traduction dans réalité à travers des revendications ou des luttes concrètes.

Une des logiques du féminisme majoritaire dans la jeunesse est celle de la déconstruction individuelle. Celle-ci est une conséquence de la défaite féministe des dernières décennies : l’égalité de droits a été conquise, mais les profondes inégalités face à la vie perdurent et le patriarcat est loin d’être renversé.

Face à un monde où l’oppression de genre persiste et où les mouvements féministes massifs des décennies précédentes n’ont pas réussi à dépasser l’obtention de droits et libertés démocratiques, la seule solution qui se présente est celle de résister comme on peut, en se forgeant une carapace individuelle au patriarcat. C’est pour cette raison que les récits comme King Kong Theory de l’écrivaine française Virginie Despentes ont un tel succès dans la jeunesse : il mettent des mots à la colère et au mécontentement des femmes d’aujourd’hui qui n’en peuvent plus de cette société, mais manquent de stratégie pour en finir avec elle. Ce qui peut provoquer un sentiment de frustration ou d’impuissance. Pourquoi donner une solution individuelle à un problème partagé par la grande majorité des jeunes femmes ?

Plutôt que de rentrer dans la logique de travail personnel, où chacune dans la solitude de nos chambres, essaye de comprendre ce qui nous fait souffrir, pour nous sentir mieux en déconstruisant notre patriarcat intériorisé ; ne serait ce pas plus intéressant de se “déconstruire”, dans la construction d’un mouvement féministe révolutionnaire ? Qui n’aura pas uniquement comme objectif celui de déconstruire le patriarcat un à un, individu par individu, comportement par comportement, mais celui de renverser radicalement le système patriarcal et cette société, qui depuis de nombreuses années démontre qu’elle n’a ni queue ni tête.

C’est ainsi que nous, femmes auto-didactes, féministes, femmes curieuses, femmes combattantes, on arrivera à édifier la société qu’on veut, une société plus libre, sans violence et sans hiérarchie de classe ni de genre. Une société où nous pourrons étudier et se former comme nous voulons, sans devoir faire appel à des emplois pénibles et aliénants qui nous éloignent de toute émancipation de l’esprit. C’est ainsi que les discussions entre copines sur le féminisme et le patriarcat, se transformerons en discussions entre camarades qui s’organisent avec un même projet d’émancipation collective. La transformation réelle de la société ne se fera pas sans l’organisation politique des femmes, qui à travers la lutte féministe s’émanciperont du patriarcat, en le renversant radicalement.

Contre le féminisme institutionnel, se réapproprier de la politique

L’égalité de genre, a certes perdu son hégémonie ces dernières années mais continue à avoir une place importante dans le mouvement des femmes, surtout dans un pays comme la France où le mouvement dans la rue n’est pas encore assez puissant pour faire contrepoids. De plus en plus de secteurs identifient l’alliance criminelle entre patriarcat et capitalisme comme source de la discrimination, les inégalités et la violence.

Le féminisme institutionnel a déjà montré ses limites, l’égalité en droits ne se matérialise pas dans la vie réelle. Pour prendre un exemple, certes le mariage pour tous a été légalisé, mais ceci ne s’est pas traduit par une libération des jeunes homosexuels, ni par un recul de la discrimination homophobe. La libération sexuelle est en réalité, majoritairement un privilège des classes dominantes qui réussissent à imposer leur contre-culture. Ce privilège est ainsi limité à ceux qui ont accès aux quartiers LGBTI des grandes capitales et aux gayprides occidentales. Le mariage pour tous n’a pas fait disparaître l’homophobie ni la discrimination que souffrent les personnes LGBTI dans les collèges, les lycées et les universités et les jeunes, continuent à devoir vivre leur homosexualité sans liberté.

Une partie du féminisme institutionnel instrumentalise la liberté des femmes et l’égalité des sexes, pour mettre en place des politiques racistes et islamophobes dans les espaces publics. En France, ce féminisme civilisationnel, comme le désigne l’auteure, politologue et féministe antiraciste Françoise Vergès dans son livre Un féminisme décolonial, permet de lancer une véritable guerre contre les femmes racistes et musulmanes. Les féministes blanches européennes se présentent comme l’avant-garde de la lutte contre “l’obscurantisme islamique patriarcal”, en se posant comme les garantes des droits des femmes racisées, qu’elles présentent uniquement comme victimes du pouvoir patriarcal de leurs pères, frères et maris. Comme le signale F. Vergès, ceci construit une dichotomie entre les cultures dites ouvertes d’une part, et les cultures hostiles à l’égalité des femmes d’autre part. Selon Vergès, cette dichotomie va faire que les femmes cessent d’êtres des sujets politiques actifs qui luttent contre le système capitaliste, raciste et patriarcal, contre l’État et contre l’impérialisme, pour devenir des victimes de la violence exercée par les hommes de leur propre milieu familial, qui refusent de s’intégrer dans la société française “libérée” et qui en plus sont considérés comme de potentiels terroristes. Les croyances des femmes musulmanes ne dérangent ni l’État, ni les entreprises, ni les universités quand il s’agit de trouver de la main d’œuvre pas chère pour nettoyer les université et l’ensemble des espaces publics.

Face à cela, nous les femmes jeunes, les femmes étudiantes, qui vivons la déferlante islamophobe dans nos lieux d’études où les femmes sont interdites de choisir librement de porter ou non le voile. Où le fait d’être musulmane devient un argument pour te priver l’accès libre à l’école et aux études supérieures. Nous devons nous organiser en défense d’un féminisme anti-raciste, contre le féminisme bourgeois et civilisationnel, afin de mettre à bas l’impérialisme et le système patriarcal, capitaliste et raciste qui nous opprime et nous exploite quotidiennement. La lutte pour l’émancipation des femmes, n’est pas juste une lutte individuelle psychologique ou spirituelle, c’est un lutte politique contre la classe qui domine notre société, et qui fait régner le racisme, le sexisme, l’impérialisme, l’exploitation et la misère. Face à l’actualité et à la période à venir, mais aussi face aux limites du féminisme institutionnel, face à toutes les attaques du système et du gouvernement de Macron, la solution pour les jeunes femmes est celle de s’approprier de la politique pour devenir des vrais actrices du changement à venir.

Quel avenir on veut ? Comment le construire ?

Aujourd’hui, c’est notre époque, l’époque de la victoire des filles, des femmes, des étudiantes, des travailleurs et de l’ensemble de l’humanité, jusqu’ici majoritairement réduite au silence et à l’exploitation. Nous, jeunes femmes, nous partageons le mécontentement et la rage car on se sent opprimées et exploitées par un système qui nous veut à genoux et un gouvernement indifférent à la jeunesse et complice du système qui nous plonge dans la misère, nous harcèle, nous viole et nous discrimine.

Pourtant, si on doit apprendre quelque chose des vagues féministes précédentes c’est que la massivité n’est pas suffisante. Les mobilisations féministes du XXème ont été massives et nous ont permis de gagner beaucoup de droits et de libertés, mais aucun changement radical n’a été fait, le patriarcat a été bousculé, mais pas renversé. Pour prendre l’exemple de la France, tout la massivité du mouvement des femmes de 1968 est aujourd’hui absente, ce qui montre la nécessité de mettre en place une organisation entre toutes celles qui décident de ne pas se taire et de sortir dans la rue, afin de bâtir ensemble un plan de bataille pour vaincre jusqu’au bout notre révolution féministe. Les revendications et les mots d’ordres des manifestations féministes, doivent être discutées en assemblées dans les universités et dans les lycées et dans les organisations politiques pour qu’elles ne se réduisent pas à des cris de milliers de femmes dans la rue dans un jour. C’est l’heure de se retrouver dans les universités, s’organiser, se former ensemble et de faire entendre nos revendications avec plan de bataille pour détruire ce système capitaliste et patriarcal, la lutte se mène certes dans la rue, mais aussi dans nos lycées et nos universités.

On peut devenir des vrais actrices politiques, pas uniquement deux jours par an, mais de manière permanente dans la scène politique. Les revendications du mouvement des femmes sont aussi celles du mouvement étudiant. Ceci multiplierait notre force mais aussi celles de l’ensemble de la jeunesse combative, et de la classe ouvrière, aux côtés de qui on combat contre le système patriarcal-capitaliste.

Pourquoi ne pas lutter dans une perspective commune alors que nos ennemis sont les mêmes ? Ce sont les mêmes qui nous exploitent, qui précarisent notre vie, qui marchandisent notre éducation, qui nous enlèvent nos bourses et nos aides sociales et qui garantissent et perpétuent les violences faites aux femmes. Il faut mettre fin aux batailles isolées et cumuler nos forces dans la convergence de nos luttes qui au final ont un même objectif, mettre fin à l’exploitation et à l’ensemble des oppressions.

Contrairement à ce que le système peut nous faire croire, on n’est pas des victimes impuissantes qui peuvent uniquement mener une résistance individuelle, les jeunes femmes peuvent aussi faire de la politique, peuvent aussi agir et s’organiser, peuvent faire trembler le monde, et impulser la destruction du capitalisme et du patriarcat. C’est à nous de décider de nos corps, de notre vie, de la manière de nous habiller, de notre avenir, de la manière dont on veut vivre notre sexualité, de la manière dont on veut organiser la production, de la société et du monde qu’on veut. Il faut que la détermination massive des jeunes femmes finisse pas reconstruire une société sur des bases nouvelles, où les décisions seront pas prises par une infime minorité contre les intérêts de l’énorme majorité de l’humanité.

Une révolution ne peut pas aboutir dans une victoire sans la jeunesse féminine. Les femmes étudiantes d’aujourd’hui ont montré qu’elles sont prêtes à tout donner pour finir avec le patriarcat. Mais cet enthousiasme et cette détermination qu’elles démontrent doit s’accompagner d’une compréhension claire du système oppresseur afin d’adopter une stratégie et un programme qui seront les outils pour arriver à la victoire.

Depuis le collectif international Du Pain et des Roses, présent en Argentine, dans l’État Espagnol, au Brésil, au Chili, au Mexique, dans d’autres pays de l’Amérique latine et récemment aussi en France, en Italie et en Allemagne, on propose un programme et une perspective féministe anti-capitaliste, anti-impérialiste et internationaliste. Organisons-nous dans nos universités et construisons la lutte des femmes en France et à l’internationale !




Mots-clés

Jeunesse   /    Chili   /    Féminisme    /    Du Pain et des Roses