^

Politique

Scandaleux !

Les parents ne payaient pas la cantine : deux enfants se voient servir du pain et de l’eau

Dans une école primaire de l'Allier, deux enfants dont les parents ne payaient pas la cantine se sont vus servir du pain et de l'eau pour seul repas. La mairie considérant que les parents ne donnaient pas de réponse, a choisi de restreindre le repas des deux élèves.

mardi 17 septembre

Crédits photo : B.Cante/France 3 Auvergne

A l’école primaire Michelet Berthelot de Saint-Pourçain-sur-Sioule dans l’Allier, la solution privilégiée quand les parents ne payent pas la cantine est de donner de l’eau et du pain à leur enfant pour les faire réagir. En effet le 9 septembre dernier le maire de la ville, Emmanuel Ferrad (LR), a pris cette décision à l’encontre de deux élèves. Il déclare qu’« un tiers des parents ne règlent pas la cantine soit environ 50 familles, dont 14 en réelle difficulté. C’est la seule famille qui nous laisse sans réponse. », ce qui est selon lui un motif suffisant pour priver les enfants d’un vrai repas.

Cette décision qui a fait parler d’elle et qui est largement contestée n’est pour autant pas celle du personnel de l’école qui, dans sa majorité, condamne cette méthode. Une employée de l’école s’est d’ailleurs anonymement exprimé sur le sujet : « Je comprends que les impayés de la cantine soient compliqués à gérer pour la municipalité. Mais je suis en total désaccord avec la façon dont cette affaire a été menée. Ce sont des problèmes d’adultes. Des enfants n’ont pas à être privés de repas. J’ai vraiment été choqué ».

Le motif d’une décision aussi scandaleuse est le non-paiement de la cantine par les parents des deux enfants, et comme le dit le maire lui même : « Nous avons voulu faire un électrochoc aux parents de ces deux enfants ». Un électrochoc qui a surtout touché les enfants eux-mêmes privés du repas du midi. De plus, sous couvert de « non-discrimination » envers les familles « pauvres », les enfants ont été isolés des autres : « Nous les avons installés dans une salle à part pour qu’ils ne soient pas avec les autres enfants et ne soient pas victimes de discrimination. Nous leur avons donné du pain frais et de l’eau ».

Ainsi alors que les services publics sont attaqués de toutes parts par le gouvernement, et notamment les services d’éducation et de santé, et que des Balkany pillent les ressources des municipalités, ces deux enfants ont payé le poids de ces attaques, qui ont des des conséquences toujours plus désastreuses sur les familles à faible revenu.




Mots-clés

Ecoles   /    Précarité   /    Politique