^

Politique

Les pleurs des personnes âgées en EHPAD, enfermées et isolées jusqu’à l’absurde

Solitude, détresse psychologique, isolement : c'est une autre réalité de la crise sanitaire made in Macron. Les personnes âgées résidant en EHPAD sont au cœur du tourbillon épidémique, avec 8 564 décès dans ces établissements selon les chiffres officiels. Livrés à eux-mêmes, l'assouplissement des mesures à propos des visites reste bien maigre face à la brutalité vécue par ces personnes âgées.

dimanche 26 avril

Le gouvernement, par l’interpellation de plusieurs centres d’hébergement de personnes âgées, a fini par desserrer les vis à l’égard des visites en EHPAD. Réalité brutale que l’exécutif a été poussé de voir : les personnes âgées mouraient non seulement du manque de moyens sanitaires mais également de la solitude.

"La solitude, elle ronge les personnes âgées" expliquait une infirmière aux Inrocks. Les larmes de certains résidents en EHPAD en disent long sur le calvaire que représente la vie dans ces établissements en temps de coronavirus. Tandis que certains "se forcent à manger" pour leurs enfants, d’autres "se laissent mourir" tant ce confinement est douloureux.

Des conditions de vie brutales en temps normal, renforcées par l’épidémie et la gestion de crise, puisque nombres de personnels alertaient depuis plusieurs années sur le manque criant d’effectifs et de matériels. Avec l’épidémie, la dureté de ces conditions s’est donc aggravée entre les manques de moyens sanitaires et l’isolement total des personnes âgées : "je reste toute la journée enfermée. Ce n’est pas une vie à 97 ans" témoignait ainsi une résidente.

Au départ complètement marginalisé par le gouvernement qui se refusait à compter les morts de l’épidémie dans les EHPADs, ce secteur fragile de la population a finalement été pris en compte de par les appels au secours des personnels soignants. Finalement, ce sont des visites de 45 minutes une fois tous les 15 jours qui sont autorisées. Mais avec une pénurie de masques, il reste difficile pour ces résidents de voir leur quotidien apaisé par les visites et les interactions humaines, pourtant essentielles à la santé psychologique.




Mots-clés

Coronavirus   /    Politique