^

Monde

Les politiques néolibérales ont conduit à une urgence de santé publique en Italie

Nous avons interviewé Giacomo Turci, membre de la Frazione Internazionalista Rivoluzionaria et rédacteur du journal militant en ligne La Voce delle Lotte, sur l'impact de la pandémie COVID-19 en Italie, les causes d'un système de santé débordé et les mesures urgentes nécessaires pour faire face à cette crise.

mardi 17 mars

Crédits photos : (Marco Di Lauro/Getty Images)

L’Italie a été l’un des pays les plus touchés par la pandémie COVID-19. Pouvez-vous nous parler de la situation actuelle en Italie ? Comment se déroule la vie quotidienne dans votre ville depuis la fermeture ?

Giacomo Turci : A l’heure actuelle, nous avons 24.747 cas d’infection enregistrés en Italie, dont 2 335 personnes qui se sont rétablies, 1.809 qui sont décédées et 1.672 qui ont été hospitalisées. Si l’augmentation des infections suit la même tendance exponentielle, il pourrait y avoir plus de 30.000 personnes infectées en quelques jours seulement, comme l’indique une étude de deux scientifiques de l’Institut de recherche pharmacologique Mario Negri de Milan. Dans les conditions actuelles, c’est une question de jours, et non de semaines, avant que les établissements de santé publique ne soient saturés.

Depuis cinq jours maintenant, toute la population italienne est enfermée par un décret du président Conte, de sorte que vous ne pouvez pas quitter votre maison sauf pour des besoins médicaux, de stricte nécessité (comme acheter de la nourriture) ou pour aller travailler. Les écoles sont déjà fermées depuis plusieurs jours. La police peut vous infliger une amende de 200 euros si elle vous trouve hors de chez vous sans certificat écrit. Vous pouvez même faire l’objet de persécutions pénales. Il y a une continuité totale avec les lois de sécurité réactionnaires de Salvini, qui frappent les gens ordinaires et ajoutent de nouveaux instruments de répression contre la lutte des classes.

L’épidémie dans notre pays a commencé en Lombardie, dans le nord de l’Italie, mais elle est maintenant présente dans tout le pays, y compris à Rome, où je vis et où il y a maintenant des centaines de cas confirmés. La ville a une atmosphère fantomatique, avec de longues files d’attente devant les quelques magasins restés ouverts, à un mètre ou plus les uns des autres. Le bruit de la circulation et le son des voix dans les rues ont presque disparu. Les sites touristiques de renommée mondiale sont pratiquement déserts. Il règne un climat de peur et de colère qui est alimenté depuis des semaines, d’abord par les campagnes médiatiques de la presse bourgeoise, puis par les mesures gouvernementales qui exposent la classe ouvrière à la contagion.

Beaucoup, comme moi, ont été enfermés pendant des jours, et il est certain que ce sera le cas pendant de nombreuses semaines encore. Le précédent climat réactionnaire de paix sociale et de consensus nationaliste a été en partie rompu par cette crise de santé publique.

La presse internationale rapporte que le système de santé italien n’a pas été en mesure de répondre aux besoins de cette crise. Quels ont été les principaux problèmes ? Quels sont les problèmes du système de santé qui ont conduit à la situation actuelle ?

GT : La diffusion de COVID-19 a déjà poussé le système de santé national à ses limites et a mis en évidence ses déficits et ses insuffisances. Il est évident que ce sont les couches sociales les plus faibles qui souffrent le plus, sans parler de la dégradation des conditions de travail des travailleurs de la santé employés dans les hôpitaux ou les activités de secours. Les personnes de plus de 80 ans, qui représentent environ 4,5 millions de personnes dans le pays, sont littéralement laissées seules chez elles, espérant qu’elles ne seront pas infectées et ne mourront pas, car les hôpitaux ne peuvent pas les tester ni les aider de quelque manière que ce soit. C’est aussi simple que cela. Il n’y a pas assez de places pour accueillir et traiter les patients infectés dans les hôpitaux italiens, et c’est ce qui cause, en premier lieu, le nombre élevé de personnes infectées non hospitalisées, à qui on dit de rester chez elles et d’attendre simplement de se rétablir sans aucun traitement, en espérant qu’elles fassent partie des 90% qui éviteront la grave pneumonie liée à la COVID-19.

Les données parlent d’elles-mêmes : au cours des dix dernières années, le financement public des soins de santé a diminué d’environ 37 milliards d’euros. La plupart de ces réductions - environ 25 milliards d’euros - ont eu lieu au cours de la période 2010-2015. Ces réductions se sont inévitablement traduites par une baisse du niveau des soins. Au cours des dix dernières années, 359 hôpitaux ont été fermés, en plus des nombreux petits hôpitaux qui ont été convertis ou abandonnés.

Comment le gouvernement italien a-t-il pris en charge les personnes qui sont aujourd’hui sans emploi ? Pour les personnes âgées et les handicapés ?

GT : Les étudiants ont été renvoyés chez eux en masse, ce qui a causé de gros problèmes aux familles de la classe ouvrière, qui doivent souvent maintenant gérer à la fois le travail et la garde de leurs enfants. On peut dire que la principale ressource des personnes âgées et handicapées est leur propre famille et leurs amis. L’année dernière, le gouvernement Conte a approuvé une augmentation des pensions les plus basses, de sorte que chacun ne reçoit pas moins de 780 euros par mois. Mais cela reste insuffisant pour que la plupart des retraités puissent survivre avec une certaine dignité.

De nombreuses usines italiennes sont restées ouvertes, malgré la fermeture du pays. Cela a même touché des industries non essentielles, ce qui a entraîné plusieurs grèves des travailleurs. Pourquoi le gouvernement a-t-il permis aux usines de rester ouvertes et de fonctionner ?

GT : Malgré la rhétorique du Mouvument Cinq Étoiles au pouvoir en faveur du "peuple", le parti n’a pas rompu avec les politiques néolibérales du passé, et a noué des liens de plus en plus étroits avec la grande bourgeoisie italienne. Ils sont maintenant en coalition avec le Parti Démocratique, qui est le principal parti du capital financier et des transnationales italiennes. Le gouvernement s’est plié à la pression de l’association des capitalistes industriels, Confindustria, pour ne pas déclarer la fermeture des usines non essentielles. Ils ont laissé des usines sans pratiquement aucun contrôle sanitaire en place, et les travailleurs sont infectés et meurent chaque jour. Au-delà de sa rhétorique pro-travailleurs de ces derniers jours, le président Conte assure à la bourgeoisie qu’elle ne perdra pas trop d’argent à cause de cette crise. Le parti trahit également sa base de la classe moyenne et des propriétaires de petites entreprises, qui ne peuvent pas compter sur les mêmes mesures que les grands capitalistes pour sauver leurs entreprises pendant cette crise.

Quelles ont été les expressions de solidarité des Italiens ? Quelles sont les revendications de votre groupe, la Frazione Internazionalista Rivoluzionaria (Fraction Internationaliste Révolutionnaire) ?

GT : Les travailleurs ont mené des arrêts de travail en raison du manque de sécurité médicale sur leur lieu de travail, et ont même fait grève pour exiger les mesures médicales nécessaires pour éviter les infections de masse. Il y a eu des exemples frappants de solidarité de classe, comme les travailleurs de la logistique dans la province septentrionale de Piacenza, dont le syndicat a organisé la distribution de kits de soins de santé de base aux personnes âgées et à la Croix-Rouge italienne. Ils ont également apporté des pizzas aux employés de l’hôpital de la ville !

De plus en plus de travailleurs partagent maintenant l’opinion que le meilleur scénario pour notre classe est de fermer le plus grand nombre de lieux de travail possible. C’est ce que nous demandons à la FIR : la fermeture de toutes les activités économiques non essentielles avec le paiement des salaires complets des travailleurs, payés par un impôt sur la fortune des capitalistes. L’Etat devrait prévoir la distribution massive de kits et de tests de santé, et organiser la distribution gratuite de nourriture et de produits de base en porte-à-porte pendant toute la durée de cette urgence, tout en veillant à ce que les cavaliers, les logisticiens et les travailleurs précaires puissent travailler en toute sécurité, car ils travaillent sans relâche sans protocoles de santé et de sécurité suffisants. Le système de santé doit être centralisé sous contrôle public. L’État doit s’approprier l’industrie pharmaceutique et toutes les industries de santé privées et les placer sous le contrôle des travailleurs et des spécialistes. Seules de telles mesures permettront de porter le système de santé à un niveau compatible avec les besoins de la population italienne.




Mots-clés

Coronavirus   /    Italie   /    Monde