^

Politique

Le capitalisme détruit la planète

Les quatre principales banques sont parmi les principaux pollueurs français

Dans un rapport paru le jeudi 28 novembre 2019, les ONG OXFAM et les amis de la terre pointent l’apport colossal de 4 des plus grandes banques françaises sur les énergies fossiles.

jeudi 28 novembre

Crédit photo : DR

Dans un rapport rendu publique ce jeudi, les ONG Oxfam et Les Amis de la Terre fustigent et dénoncent « la colossale empreinte carbone des banques françaises » à travers leur soutien et financement des énergies fossiles, ce qui fait des banques françaises les plus pollueurs français

Le rapport souligne qu’« En 2018, les émissions de gaz à effet de serre issues des activités de financement des quatre principales banques françaises BNP Paribas, Crédit agricole, Société générale et BPCE dans le secteur des énergies fossiles ont atteint plus de 2 milliards de tonnes équivalent CO2, soit 4,5 fois les émissions de la France »,et parmi ces 4 banques citées , c’est la BNP qui arrive en tête en soutenant le plus de projets polluants , comme le financement des centrales à charbon en Allemagne ou les investissements en actions dans des entreprises comme Total.

A la veille de la rencontre de Paris dans le cadre du Climat finance day et à quelques jours de la COP 25 qui se tiendra à Madrid suite au désistement du Chili en raison de la grande contestation populaire , les ONG lancent une nouvelle alerte en soulignant le « rythme de marche bien trop inégal et lent ».

En réaction au rapport , Laurence Pessez, la directrice de la responsabilité sociale et environnementale (RSE) de BNP Paribas dit que « dans la mesure où nous finançons le monde tel qu’il est, or, les sources d’énergies utilisées dans la production mondiale d’électricité, c’est 65 % de fossile », une façon de dire , ne comptez pas sur nous pour réinventer le monde. Une banque ne peut être à l’avant garde d’une lutte autre que pour le profit.

Cécile Duflot, présidente de OXFAM et ancienne ministre, estime « Les banques françaises ont pris beaucoup d’engagements publics, mais, quand on regarde dans le détail, on se rend compte que c’est beaucoup de communication » et en appelle au gouvernement. « Le gouvernement doit légiférer pour interdire aux banques françaises de continuer à agir ainsi. »

En constatant les décisions prises par les gouvernements successifs (y compris celui de Dulfot) sur la question environnementale et climatique, le forcing exercé par l’entreprise Total avec le soutien du gouvernement français pour exploiter le gaz de schiste en Algérie-rejeté par Algériens-, aucune illusion ne doit être entretenue vis à vis de ce gouvernement quant à sa capacité et à sa volonté réelle d’apporter des solutions, et de ces capitalistes qui ne feront aucun cadeau au détriment de leur profits et de leurs influences. Seule la mobilisation de la jeunesse, des masses populaires et des travailleurs contre le capitalisme et remettant en cause la propreté privée des moyens de production et en socialisant les banques peut mettre un terme à cette folle logique productiviste du capitalisme, qui comme le disait Marx "Le capital épuise deux choses, le travailleur et la nature".




Mots-clés

capitalisme   /    Banques   /    pollution   /    Ecologie   /    Politique