^

Notre classe

La riposte s'intensifie

Toulouse. Face aux licenciements, les salariés de Derichebourg Aéro votent la grève reconductible

Troisième rassemblement à Derichebourg pour dire non aux baisses de salaires que prévoit la direction. Les salariés se sont réunis en Assemblée Générale et ont voté la grève reconductible jusqu'à vendredi.

mardi 9 juin

A Toulouse, face à la politique menée par la direction de Derichebourg Aeronautics Service (DAS), qui tente d’attaquer les acquis sociaux et les salaires à travers un APC, Accord de Performance Collective, la détermination des salariés et leur lutte s’intensifie. Ils sont aujourd’hui près de 300 salariés à s’être réunis devant le siège de la boîte pour affirmer leur opposition à l’APC. Nombreux sont les salariés qui mettent en avant le chantage à l’emploi de la direction, refusant de céder à la pression de celle-ci qui agite l’APC comme la seule manière de « sauver » une partie des emplois des salariés.

Dans une situation où la direction affiche sa détermination à faire passer cet accord, malgré l’opposition des salariés, ces derniers se sont aujourd’hui retrouvés en Assemblée afin de discuter des suites de la mobilisation et du plan de bataille à adopter pour faire reculer la direction. Une Assemblée impulsée par le collectif des salariés, monté il y a trois jours par des travailleurs syndiqués et non syndiqués, et qui réunit désormais autour de 300 salariés.

Au sein de cette Assemblée Générale, les travailleurs, syndiqués et non syndiqués, ont voté à l’unanimité la grève reconductible jusqu’à vendredi, jour où devrait se tenir un prochain CSE qui devrait rendre un avis sur l’APC. A travers cet appel à la grève, ces derniers intensifient dès-lors considérablement le rapport de force et le bras de fer avec la direction. Une grève qu’ils veulent active, puisqu’ils ont décidé de continuer à venir au siège et se rassembler dans les prochains jours.

Entre collègues, commence également à se discuter de la possibilité d’une caisse de grève pour aller vers un mouvement plus dur. Les délégués de l’UNSA et de la CFE-CGC sont venus répondre aux questions des salariés et s’inscrivent dans le mouvement. Le délégué syndical FO, Jean Marc Moreau, n’est quant à lui pas venu malgré la forte interpellation des salariés. Pour rappel, c’est ce même délégué syndical qui souhaite signer l’APC, contre l’avis d’une large majorité des salariés. Une décision qui a poussé les salariés à impulser leur collectif, afin que l’ensemble d’entre eux puisse s’emparer de leur avenir dans la boîte, de la mobilisation en cours, et non que ce soit un représentant qui décide à la place de tous.

Concernant les suites de la mobilisation, un prochain rassemblement se tiendra demain, mercredi 10 juin à 13 heures devant le siège de Derichebourg. Soyons y nombreux afin de soutenir les salariés et leur lutte, qui représente une riposte exemplaire face à la politique que mène le patronat et le gouvernement, à savoir faire payer la crise aux travailleurs.




Mots-clés

Crise économique   /    Derichebourg   /    Aéronautique   /    Notre classe