^

Monde

Répression

Liban. Des lacrymogènes français de type militaire utilisés par la FSI

Depuis plusieurs mois, le gouvernement libanais déploie une forte répression pour contenir le soulèvement à son encontre. S'appuyant notamment sur un arsenal made in France dont des grenades CM6 de type militaire.

samedi 30 novembre

Depuis ces derniers mois, le Liban connaît une importante période de révolte, nous avons pu à de nombreuses reprises revenir sur la situation en cours. Aujourd’hui, alors que les manifestations se poursuivent, le média Middle Est Eye signale les liens entre les gouvernements français et libanais, concernant notamment des dons de matériel et l’usage de gaz lacrymogènes français de type militaire contre les manifestants.

En plus de décrire des pratiques de maintien de l’ordre ressemblantes à celles des forces de l’ordre française, le média précise l’usage de grenades lacrymogènes de type militaire française, appelé CM6. Informations confirmées au média par l’ONG Omega Research Foundation.

Ces grenades CM6 sont classées comme armes de type militaire (catégorie A2) selon la nomenclature française. Elles sont fabriquées en hexagone par la société Alsetex, basé dans la Sarthe, aussi connu pour avoir fourni le gouvernement français en grenade OF F1 puis GLI F4, deux types d’armes « assourdissants et à effets de souffles  ». Pour rappel le gouvernement a stoppé les achats de ce type de grenades, contenant de la TNT, les OF F1 suite à la mort de Rémi Fraisse en 2014 et les GLI F4 en juin 2018 après avoir arraché la main d’un manifestant sur la ZAD de Notre-Dame-Des-Landes, néanmoins, cela n’a pas empêché le gouvernement d’en faire usage lors des manifestations Gilets Jaunes, arrachant notamment des mains ou handicapants à vie les manifestants y faisant face.

C’est également la société Alsetex qui produit une partie des LBD (lanceur de balles de défense), utilisés en France et à travers le monde, mutilant de nombreuses personnes. Le gouvernement français vient d’ailleurs de passer une énorme commande à Alsetex, plusieurs millions d’euros, pour 1 280 lanceurs de balles de défense mono-coup, 270 lanceurs à quatre coups et 180 lanceurs à six coups !

Le gouvernement français, qui est bien évidemment au courant de ces armes de type militaire, ne se soucie donc pas de l’usage qui en est fait. Cette situation n’est pas sans rappeler les nombreuses ventes de rafales autour du globe. Dans le cas du Liban, tous les observateurs dénoncent les énormes quantités de gaz lacrymogènes utilisées contre les manifestants, dans des circonstances parfois très dangereuses. En effet, la concentration des grenades utilisées est très élevée, mais les forces de l’ordre n’hésitent pas à saturer de petits espaces, comme le rapporte Middle Est Eye, mettant en danger les personnes respirant ces émanations nocives.

L’industrie de l’armement française se porte donc au mieux grâce à un gouvernement français qui d’une part augmente toujours plus l’arsenal répressif de ses propres forces de l’ordre et d’autre part poursuit sa politique impérialiste en exportant à travers le monde ses savoirs-faire et ses matériaux visant à mater partout où c’est encore possible les soulèvements populaires. Au Liban, Middle Est Eye explique qu’il y a même eu plusieurs don de matériel du gouvernement français au FSI (Force de sécurité intérieur libanaise), montrant tout l’intérêt de l’État français dans le maintient du gouvernement libanais au pouvoir.




Mots-clés

Liban   /    Impérialisme   /    Répression   /    Monde