^

Notre classe

Répression patronale

Licenciements abusifs et réorganisation imposée : la direction de Tisséo passe à l’offensive !

Dès le 11 mai à Tisséo, plusieurs salariés de l'entreprise ont perdu leurs emploi à la suite de procédures disciplinaires éclaires et abusives. Cette tactique pourrait être un signe de la volonté de la direction d'aller vite dans la mise en place du plan de restructuration technique tout en évitant la lutte des travailleurs de Tisséo.

mercredi 20 mai

Crédits photo : France 3 Midi-Pyrénées

Chez Tisséo, le déconfinement a signé le début d’une série de licenciements pour des motifs variés. La direction a choisi la semaine de reprise du travail pour convoquer plusieurs conseils de discipline, trois à l’heure où on écrit ces lignes, qui se sont soldés sur le licenciement des salariés concernés alors que ces derniers étaient représentés par la section CFDT de l’entreprise. Les licenciements concernaient un cadre technique, un commercial de 61 ans accusé de vol sans preuve ainsi qu’un conducteur de bus qui n’avait pas reçu la première lettre de convocation car il est sans logement. Pour le dernier salarié, la CFDT, qui avait indiqué venir défendre le cas, ne s’est pas présentée à la convocation, le laissant seul devant la direction. Une trahison en bonne et due forme.

Au même moment l’offensive de la direction se poursuit par la mise en place d’un plan de restructuration technique des bus qui inclura la suppression des équipes de jour, la réduction de l’effectif du dimanche ainsi que d’autres modifications sur les plannings horaires. A ce jour, ces changements concernent les dépôts d’Atlanta et de Langlade. Ce plan trouve sa « raison d’être » dans l’exigence qu’a la direction de trouver onze millions d’euros d’économie dans les transports toulousains. Une fois de plus, c’est la rationalité économique qui prime.

Ce plan se trouvait déjà être à l’origine d’une montée au créneau des salariés, principalement syndiqués, en février dernier. Plusieurs piquets de grève ont été organisés devant les trois dépôts de bus pour dénoncer ce qui est une des marches vers la privatisation de Tisséo sur le même modèle. Même si cela ne reste qu’une hypothèse, l’accélération des licenciements et la marche forcée de la direction pourraient émaner d’une volonté de passer à la vitesse supérieure tout en s’assurant la docilité des salariés opposés à la réorganisation.

Pendant la période de confinement alors que les conditions sanitaires laissaient clairement à désirer avec une désinfection aléatoire des métros et bus ainsi qu’un accès limité aux lingettes pour chaque conducteur, la direction a décidé, malgré sa promesse, de refuser de verser la prime d’activité liée à la permanence d’activité. La raison évoquée serait liée à la perte pour l’entreprise de 30 millions d’euros survenue pendant la crise. Cette perte tire en partie sa source dans le non-paiement du Versement-Transport par les entreprises de la région.

Contre une politique de la peur, une seule solution : la lutte !

Alors que des licenciements massifs se préparent dans d’autres industrie comme l’aéronautique et que des grèves commencent déjà à se mettre en place dans des grandes enseignes comme Auchan, la direction de Tisséo entend procéder par sidération contre toutes possibilités de contestation à l’intérieur de l’entreprise. Il est possible que l’accélération de la répression n’en soit qu’à son début et que nous devions nous attendre dans les prochaines semaines à davantage de licenciements et/ou coups de pression sur les salariés de l’entreprise.

En conséquence, il est indispensable de réfléchir comment construire une riposte qui permette de s’opposer aux plans de la direction. Qu’ils concernent la restructuration ou qu’ils répondent aux « impératifs » économiques de la crise sanitaire, les conséquences retomberont sur les travailleurs de Tisséo dans leur ensemble, de Toulouse et sa périphérie.

C’est pour cela qu’il est indispensable pour les organisations syndicales de l’entreprise de rompre avec toute forme de dialogue social et de préparer un plan de riposte sur le terrain de la lutte des classes, par le biais de grande assemblée générale et la grève ! La première des revendications à porter étant bien évidemment l’arrêt immédiat de toutes les procédures disciplinaires et la réintégration sans condition des travailleurs licenciés abusivement ! Par la suite, il est indispensable de répondre avec force contre le plan de réorganisation voulu par la direction et exiger un plan d’embauche massif, la titularisation de l’ensemble des contrats précaires et l’internalisation de l’ensemble des personnels de la sous-traitance ! Enfin, il est indispensable d’exiger non seulement le paiement de l’ensemble des primes Covid19, mais aussi une augmentation générale des salaires à hauteur de 1800€ net, avec indexion des salaires sur l’inflation ! La direction de Tisséo passe à l’offensive, il est temps que les travailleurs préparent la contre-offensive !

Le comité transports Toulouse de Révolution Permanente est composé de travailleurs de Tisséo et de la SNCF, militant au NPA - Révolution Permanente ou non. Si tu es travailleur dans le secteur des transports, privé ou public, à Toulouse et dans sa région et que tu souhaites publier un témoignage ou participer activement à ce comité, il est possible de nous envoyer un message sur la page facebook de Révolution Permanente Toulouse ou à l’adresse mail suivante : [email protected]




Mots-clés

Comités Virtuels RP   /    Crise économique   /    Tisséo   /    Crise sociale   /    Transport   /    Toulouse   /    Répression   /    Notre classe