^

Notre classe

Sous-traitance

Licenciés par texto, des livreurs de colis Amazon poursuivent leur grève

Le 25 février, Lumina Services, sous-traitants Amazon, annonçait sa fermeture et 9 licenciements, par un texto à ses salariés ! Les 9 salariés licenciés encore sous contrats, avec parmi eux 8 travailleurs sans papiers, n’en démordent pas et se mobilisent depuis plus d’une semaine avec 6 journée de grève pour leur salaire, leur emploi et la régularisation de leur titre de séjour !

jeudi 5 mai

Crédit photo : DR

Le 25 février Lumina Services, par un texto sur WhatsApp, a annoncé à ses salariés la fermeture de la boite et le licenciement de 9 personnes, du jour au lendemain ! Parmi eux, 8 travailleurs sans papiers auxquels le sous-traitant avait promis un CDI et un logement. Des belles paroles parties en fumée quand après plusieurs mois de travail acharnés, accumulant les heures supplémentaires, les livreurs reçoivent un salaire de misère, aléatoire, parfois même refusé à la banque et sans fiche de paye.

L’Anticapitaliste, rapporte qu’un livreur, a été payé environ 600 euros pour avoir travaillé plus de 35 heures par semaine pendant 2 mois. Et ce, sans compter les conditions de travail infernales rythmées par les journées interminables, les pauses et les journées de congés non-respectées. Malheureusement, la situation ne s’arrête pas là, car le logement promis par la direction aux livreurs, avait, en effet, été donné, mais avec des conditions lamentables : logeant ainsi à 12 dans un trois pièces !

Face à ces conditions inhumaines de travail et de vie, les livreurs ont tenu la tête de la manifestation du 1er mai à Rouen, aux chants de « Amazon, nos salaires ! Préfecture, nos papiers ! » et se mobilisent encore aujourd’hui avec une 6ème journée de grève. Avec courage, depuis le jeudi 28 avril les 9 livreurs licenciés par le sous-traitant, mais dont le contrat est toujours en cours tiennent un piquet à l’entrée du centre logistique de Saint-Étienne-du-Rouvray (76) et revendiquent le paiement des salaires dus, le transfert des contrats de travail à une autre entreprise et l’établissement des documents permettant la régularisation des livreurs sans papiers par la préfecture de Seine-Maritime.

Si les conditions de travail horribles ne sont pas nouvelles chez Amazon et ses sous-traitants, les récentes mobilisations sont une bouffée d’espoir pour les travailleurs précaires. En effet, depuis plusieurs mois, des luttes inédites sont menées comme aux États-Unis avec l’exemple victorieux de la bataille pour la création du syndicat américain Amazon Labor Union. Mais aussi en France avec les grèves historiques du mois dernier dont l’intégralité des entrepôts d’Amazon Logistique ont été touchés ou encore plus récemment, les grèves locales à l’occasion des NAO.

C’est une véritable démonstration de la combativité dont sont capables les travailleurs, même les plus précaires. Pour gagner, la solidarité a toujours été une des clés de voûte. Pour maintenir le combat et ses revendications, pour que les grévistes arrêtent non pas de se mobiliser quand ils n’auront plus d’argent pour payer leur loyer, mais bel et bien quand ils auront obtenu satisfaction, nous devons faire marcher la solidarité ! Le rapport de force est essentiel pour faire plier les sous-traitants et ses donneurs d’ordre, et ça les capitalistes le savent aussi, c’est pour ça que nous ne devons pas céder à la division qu’ils veulent nous imposer, par la sous-traitance, l’éclatement des sites et des horaires. Ainsi, la situation scandaleuse et la grève des travailleurs licenciés de Lumina Services concernent tous les travailleurs d’Amazon, mais aussi plus largement tous les travailleurs de la logistique et les travailleurs sans papiers.



Mots-clés

Mobilisation   /    Sous-traitance   /    Amazon   /    Grève   /    Licenciement(s)   /    Notre classe