^

Politique

Mobilisation Lilloise

Lille. 5000 personnes contre les violences policières, la police montée réprime

Ce samedi, la manifestation de Lille contre les violences policières a montré une nouvelle fois la réponse de l'Etat : 60 blessés, une trentaine d'interpellés, plus de 150 lacrymogènes jetés !

lundi 8 juin

Ce samedi 2 juin 2020, se tenait à Lille, comme dans plusieurs autres villes de France, le troisième rassemblement contre les crimes racistes et les violences policières. A l’appel du Comité des Sans Papiers 59, du Collectif Afrique et du FUIQP 59/62, le rassemblement a réuni près de 5000 personnes selon les organisateurs. Le rassemblement pacifique a fait face à une répression policière particulièrement virulente.

A 15h, heure du rendez-vous, les forces de l’ordre attendaient déjà les manifestants qui ont afflué sur la place de la République. Et pour cause, la préfecture de la ville de Lille avait une nouvelle fois interdit la manifestation publique sous couvert de respecter les mesures sanitaires. Il suffisait de tourner la tête ver la rue de Béthune pour constater l’hypocrisie d’une telle décision. La rue, réputée pour ses boutiques, était noire d’un monde venu faire son shopping en ce samedi ensoleillé.

Après plusieurs prises de paroles, les manifestants se sont engouffrés rue d’Inkermann vers les quartiers sud de Lille, sur l’ensemble du parcours, le cortège était très calme, un fourgon de la police nationale lui emboîtant le pas. Pamis les marcheurs se trouvaient beaucoup de jeunes, des étudiants, des lycéens et des collégiens, avançant avec motivation. Arrivés au rond-point des postes, les manifestants sont alors contraints de tourner rue de Wazemmes par des CRS qui bloquent l’accès de la rue des Postes et celle de la Justice.

Au fur et à mesure, plusieurs passants viennent gonfler les rangs de la marche. Les premières tensions éclatent lorsque les manifestants cherchent à contourner le dispositif policier mis en place afin de contrôler l’itinéraire du cortège. Selon Lille Insurgée, la police montée scinde le cortège en trois sans hésiter à charger les manifestants, accompagnée par les coups de matraques de ses confrères à pied.

Après s’être calmée, la répression policière reprend place de la République, vers 17h40, où le dispositif policier s’était accru depuis le début de la mobilisation. Un cordon de CRS bloque l’accès à la rue de Béthune. La police montée est mobilisée devant la rue du Molinel et les autres rues sont occupées par les forces de l’ordre. Les manifestants se massent sur la place, leur nombre ne dégrossis pas. Non loin de là, des policiers ricanent et regardent la scène d’un air amusé. Rue de Béthune, les CRS ont la matraque en main.

Petit à petit, les forces de l’ordre rabattent les manifestants restés en nombre sur la place de la République. Les lancés de gaz lacrymogènes et les coups de matraques reprennent de plus belle. La foule proteste et hue la police. La police déployée en nombre considérable et ce, avant même le début de la manifestation, a une fois de plus démontré la systématisation des violences policières. Ici, elles ont été une réponse immédiate à la volonté du cortège de choisir le lieu dans lequel il voulait exprimer sa lutte.

Selon le compte twitter Manifs de Lille, le bilan de la journée s’élève à près de 60 blessés (dont quelques graves), une trentaine de interpellés, plus de 150 lacrymogènes jetés et une quinzaine de grenades de désencerclement utilisées.
Outre les violences policières, le rassemblement a surtout révélé la détermination des lillois et de la jeunesse de Lille, qui s’était déplacée en nombre et ne s’est pas laissé intimider. Pour beaucoup, il s’agit de leur première manifestation.

De cette journée, des images fortes nous restent : un groupe de manifestants face aux CRS, le genou à terre, geste partagé par les rassemblements contre les crimes racistes et violences policières partout dans le monde ou encore le gaz lacrymogène emporté par le vent vers les CRS qui l’avaient jeté.

Pour revoir le direct tweet de la manifestation du 6 juin à Lille : https://twitter.com/ManifsDeLille




Mots-clés

Anti-racisme   /    Mobilisation   /    Lille   /    Violences policières   /    Politique