^

Jeunesse

face à la pauvreté, la répression

Lille. Un étudiant sans logement demande de l’aide : le Crous appelle la police

Au Crous de Lille, une scène hallucinante : celle de l'évacuation par la police d'un jeune sans logement et de trois syndicalistes FSE venus exiger une réponse de la part du directeur. Face à l'insuffisance de logements étudiants et leur demande croissante, la réponse du Crous à la précarité grandissante est de faire appel aux flics !

mercredi 8 septembre

Comme dans de nombreuses villes en France, la situation du logement se dégrade de plus en plus dans la métropole de Lille. Le nombre d’étudiants augmente, tout comme le nombre de demandes de logements étudiants, en raison notamment de la crise sanitaire. D’après le syndicat FSE, il manquerait mille logements dans la métropole. Ce qui ne fait qu’approfondir les inégalités, mettant de nombreux étudiants dans une situation précaire, se retrouvant sans logement alors que l’année scolaire est sur le point de débuter.

Pourtant, l’un d’eux s’est fait violemment évacuer du Crous de Lille ce mardi 7 septembre, alors qu’il venait effectuer une demande de logement. Selon les faits rapportés par le syndicat FSE dans un communiqué, deux syndicalistes accompagnaient cet étudiant sans domicile pour appuyer sa demande. Après un rendez-vous d’urgence chez l’assistante sociale qui lui a expliqué qu’il n’y avait plus de logement étudiant, celui-ci s’est vu refuser une place en auberge de jeunesse malgré ses droits.

Suite au refus, les syndicalistes étudiants ont demandé à voir le président du Crous afin qu’il s’explique sur ce refus. En attente d’une réponse, les trois étudiants ont patienté jusqu’à la fermeture du Crous, survenue 20 minutes plus tôt qu’habituellement. Face à cette situation, ceux-ci se sont placés devant la porte d’entrée en attendant une réponse du directeur et alors qu’un agent du Crous leur signalait qu’une chambre venait d’être mise à disposition.

C’est alors que deux policiers se sont présentés à eux afin de leur donner l’ordre de quitter les lieux, précisant qu’ils intervenaient sur demande du Crous de Lille. Incapable de fournir une réponse, c’est donc par la répression que le Crous de Lille a répondu à la demande de cet étudiant sans logement. Il est inacceptable de voir cette institution envoyer la police intimider des étudiants, tout comme il est inacceptable de voir tant d’étudiants sans logements dans une métropole qui connaît tant de logements vides.

Voilà la réponse que donne le Crous face à une précarité qui ne cesse de se généraliser dans la jeunesse, et dont la rentrée révèle les traits les plus graves, d’étudiants qui n’ont même pas de toit. Face à cette situation, il est plus que jamais urgent d’exiger la réquisition des logements vides pour qu’aucun jeune ne se retrouve sans logement, tout en dénonçant l’acte du Crous de Lille, qui s’inscrit dans le climat d’escalade sécuritaire du gouvernement où règne la politique de la matraque et surveillance. Pas de flics dans nos Universités, plus de moyens pour mettre fin à la précarité !




Mots-clés

Crous   /    Etudiants    /    Police   /    Lille   /    Précarité   /    Logement   /    Répression   /    Jeunesse