^

Politique

Répression

Lille. Une figure locale des Gilets Jaunes interpellée pour un agroupement de 8 gilets jaunes

Ils étaient à peine 7 ou 8 à venir se rassembler ce mardi 22 janvier aux abords du Grand Palais à Lille pour accueillir Castaner (qui n’était pas là). Dès l’arrivée des Gilets Jaunes, les policiers se sont approchés et ont interpellé Alexandre Chantry, figure des Gilets Jaunes à Lille et ce d’une manière clairement ciblée. Une cinquantaine de personne se sont réunit devant le commissariat pour réclamer sa libération.

mercredi 23 janvier

Un petit groupe de Gilets Jaunes se sont réunis à proximité du Grand Palais où la rumeur affirmait la possible présence de Castaner au Forum international de la Cybersécurité.

S’ils étaient peu nombreux, 8 à tout casser, cela à suffit à la police pour arrêter la figure locale des Gilets Jaunes, Alexandre Chantry pour organisation de manifestation non déclarée à la préfecture.

Dans la vidéo ci-dessous, dès leur arrivé près des Gilets Jaunes, on entend l’un des policiers dire clairement « Vous êtes en manifestation, pas de déclaration préalable, donc je vais vous repousser et monsieur Chantry vous allez me suivre pour organisation d’une manifestation sans autorisation préalable »

Alors qu’ils ne sont que 8 et ne sont absolument pas vindicatif, le policier continue « Si si, moi j’estime que c’est une manifestation, monsieur, révisez vos cours de droit. Donc à partir de maintenant, vous êtes interpellé. »

Après avoir légèrement contestés les gilets jaunes tournent les talons on peut entendre un autre policier dire « Vous dégagez, vous partez par là (...) Vous reprenez le boulevard, vous dégagez. Ceux qui seront encore là ici une minute, ce sera interpellation et garde à vue ».

La vidéo a de quoi déclencher des protestations. Cela d’autant plus que les manifestants étaient très calmes et ne gênaient même pas la circulation. L’agent a directement demandé à Alexandre Chantry de le suivre alors même que rien ne prouve que c’est lui l’instigateur du rassemblement et il ne lui a même pas demandé ses papiers. Alexandre était donc clairement visé.

Face à cette arrestation une cinquantaine de Gilets jaunes se sont rassemblés devant le commissariat pour réclamer la remise en liberté d’Alexandre Chantry. Au-delà de ce cas particulier, il faut réclamer la libération et la relaxe de l’ensemble des Gilets Jaunes détenus et condamnés par cette justice qui défend les intérêts du gouvernement et du patronat.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Politique