^

Politique

Acte IV des gilets jaunes

Lille : convergence gilets jaunes et marche pour le climat

Les gilets jaunes étaient 3000 à manifester dans les rues de Lille avant de converger vers la manifestation pour le climat.

samedi 8 décembre 2018

Peu avant 14h30, les gilets jaunes réunis sur la place de la République à Lille se sont élancés vers la gare lors de ce quatrième samedi de manifestation contre Macron et sa politique. Le cortège, encadré par un important dispositif répressif, a avancé d’un bon pas dans les rues de la ville dans l’idée de rejoindre la marche pour le climat sur la place de la République.

La convergence a finalement eu lieu mais elle ne fut pas sans difficultés puisqu’à deux reprises le cortège a eu affaire aux forces de l’ordre. Entre la gare et l’opéra, les CRS ont manœuvré dans une rue étroite et commerçante provoquant un mouvement de foule et de l’hostilité. Le même scénario s’est répété dans la rue nationale.

On retrouvait parmi les gilets jaunes des gens de tous horizons, venus dénoncer le matraquage fiscal de l’État et la politique de Macron. Dans le cortège, un pôle composé de travailleurs de la SNCF notamment se détachait par ses slogans anticapitalistes et ses appels à la grève générale. Une banderole de travailleurs appelait à un niveau de vie décent face au patronat.

Après avoir remonté la rue de Solférino et être retourné à son point de départ, la manifestation des gilets jaunes a pu retrouver la marche pour le climat. Les deux cortèges ont fusionné pour écouter les prises de parole des écologistes et des gilets jaunes. Le discours des organisateurs de la marche pour le climat a mis l’accent sur la convergence entre l’injustice climatique et l’injustice sociale, rappelant que ce sont les plus riches qui polluent le plus et que ce sont les plus pauvres qui en payent les conséquences autant par des taxes que dans leurs conditions de vie.

Le discours des gilets jaunes a insisté sur l’unité entre les deux manifestations. Il a aussi dénoncé le libéralisme et l’injustice fiscale et sociale en prenant l’exemple de la famille Muliez. Le mot d’ordre de Macron démission a été rappelé pour finir. La détermination contre le gouvernement était au rendez-vous ! Et il n’est pas sûr que l’acte IV et les manœuvres répressives du gouvernement parviennent à y mettre un terme.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Lille   /    Politique