×

Xénophobie

Limitation du droit du sol, suppression de l’AME… LR joue la surenchère xénophobe avec Macron

Les Républicains vont proposer au parlement un arsenal de mesures xénophobes. Une tentative de se positionner à la droite du camp présidentiel pour durcir le futur projet de loi immigration remis sur la table par le gouvernement.

Léo Stella

23 mai 2023

Facebook Twitter
Limitation du droit du sol, suppression de l'AME… LR joue la surenchère xénophobe avec Macron

Crédit photo : Eric Ciotti, président de LR sur RMC le mardi 23 mai

Dans un entretien croisé accordé au JDD, les trois dirigeants des Républicains Bruno Retailleau, Éric Ciotti et Olivier Marleix ont détaillé deux propositions de lois sur le sujet de l’immigration. La première est un projet de réforme de la Constitution visant à pouvoir déroger aux règles européennes et internationale sur l’immigration tandis que la deuxième propose une série de mesures visant à réduire les possibilités de naturalisation tout en facilitant les expulsions.
Une offensive qui joue la surenchère xénophobe avec le gouvernement et son projet de loi immigration jugé trop « laxiste », et qui vise pour LR à tenter de se démarquer du macronisme en durcissant toujours plus le ton contre les immigrés.

La première loi portée par LR serait une réforme de la constitution. Ce projet a pour principal objectif de permettre au parlement de « retrouver une souveraineté nationale » sur les lois portants sur les questions d’immigrations et déroger ainsi au traités et droit européens mais aussi aux cours internationales comme la cour des droits de l’homme.

En plus de cela, LR souhaiterait inscrire juridiquement trois outils dans la constitution pour faciliter les attaques contre les immigrés : fixation annuelle de quotas par le parlement, éloignement des étrangers condamnés à une peine de prison ou constituant une menace pour la sécurité publique, puis réforme des procédures d’asile qui ne devront plus être instruites sur le territoire national.

Les deux derniers aspects de la première loi proposée par LR ont directement été piochées dans le programme du RN. En effet, LR voudrait comme le présente Bruno Retailleau « affirmer dans notre loi fondamentale le refus des communautarismes, élever au rang constitutionnel le principe d’assimilation ». La question de la mise en place de le l’assimilation dans la constitution sera là encore une manière de simplifier les expulsions et les refus de naturalisation, une mesure phares du RN lors de sa campagne 2022.

De la même manière, la direction du parti voudrait réformer l’article 11 de la constitution ce qui permettrait de mettre en place un référendum sur la question migratoire, chose qui n’est possible aujourd’hui que sur les questions de l’organisation des pouvoirs publics et sur des réformes économiques, sociales et environnementales. Là encore la question du référendum comme justification aux attaques prévu contre les immigrés avait été l’une des mesure principales lors des campagnes de Marine Le Pen en 2017 et 2022.

47 mesures plus xénophobes les unes que les autres

La deuxième proposition des LR représente une offensive d’ampleur envers les immigrés qui s’incarne en 47 mesures. Ces mesures se déclinent en trois grands axes : restreindre les conditions d’accès à la nationalité française, couper les aides sociales pour les immigrés et enfin augmenter la surveillance et le traque des migrants tout en multipliant les expulsions.
Le premier axe présenté par Les Républicains est la volonté de baisser drastiquement les possibilités d’accès à la nationalité française. Pour cela les LR n’ont pas hésité à proposer une série de mesures visant par exemple à rendre impossible le regroupement familiale en imposant l’obligation d’un « fonds d’installation » économique de quatre fois le smic pour un couple et six fois le smic pour une famille de trois enfants pour pouvoir venir s’installer en France, chose quasiment impossible pour la majorité des familles vivant en grande précarité et venant pour la plupart de pays semi-coloniaux.

De la même manière, LR à l’image du RN veut aussi s’attaquer au droit du sol. En tout ce sont pas moins de huit mesures qui auraient pour but de réduire l’accès au droit du sol comme par exemple empêcher le droit du sol pour les enfants nés de parents en situation irrégulière, ou encore empêcher l’accès au droit du sol en cas de casier judiciaire. De la même manière alors que le gouvernement opère son opération coloniale à Mayotte, LR propose la suppression pure et simple du droit du sol à Mayotte. La loi compte aussi s’attaquer aux visas étudiants en opérant des « contrôles annuels quant aux sérieux des études » ce qui revient à dire supprimer les visas étudiant en cas de non obtention d’une année universitaire.

En plus de ces attaques d’ampleur contre l’obtention de la nationalité française, les LR souhaitent toujours plus précariser les immigrés et restreindre l’accès déjà très limités aux services auxquels ils ont droit. LR propose ainsi de supprimer l’AME (Aide médicale d’Etat) qui permet aux immigrés de bénéficier du minimum vital de soin pour la remplacer par une AMU (Aide médicale d’urgence) qui ne couvriraient que les cas d’extrême-urgence, c’est à dire les moments où les personnes se retrouveraient entre la vie et la mort.

Les mesures comptent aussi s’attaquer aux conditions de logements des immigrés en réduisant les centres d’hébergements au niveau nationale et ceux alors que des centaines de migrants vivent déjà dans la rue ou dans des squats à l’image des MIE à Toulouse.

Enfin, le dernier volet de cet arsenal de mesures xénophobes présenté par les LR porte sur le renforcement sécuritaire avec la systématisation des expulsions. La principale offensive reste la mise en place du retour du délit de séjour irrégulier. Ce dernier qui avait été supprimé par Hollande en 2013 permettait en effet à la police de placer en garde à vue directement toute personne étant en situation irrégulière sans délit particulier.

Un projet pour se démarquer de la macronie et mettre la pression sur le projet de loi immigration du gouvernement

Cette offensive des Républicains sur l’immigration s’inscrit dans un contexte où le parti fait face à une profonde crise et cherche à se recomposer à l’heure où il est pris en étau entre le macronisme et le RN. Et ce d’autant plus après une séquence où le parti historique du régime de la Vème République a continué d’être fragilisé dans le cadre des divisions internes liées à la position des LR sur la réforme des retraites. Pour rappel, un groupe dissident autour du député Aurélien Pradié avait refusé de suivre la ligne imposée par la direction du parti concernant le vote de la réforme des retraites.

L’accord de LR avec le gouvernement sur la réforme des retraites avait en effet renforcé la crise du parti qui s’était affiché de plus en plus comme une « roue de secours » du gouvernement et qui peinait à marquer sa différence avec le macronisme tant la politique de Macron est proche de ce qu’a toujours fait la droite française au pouvoir. Avec ces propositions de lois xénophobes, LR cherche donc à se repositionner, sur la droite du macronisme, quitte à se rapprocher davantage du RN sur les questions d’immigration.

Mais derrière cette ribambelle de propositions anti-migrants, Les Républicains cherchent également à mettre la pression sur le gouvernement pour que ce dernier durcisse son projet de loi immigration déjà repoussé sept fois et qui a été remis sur la table récemment. Éric Ciotti et Olivier Marleix savent que le gouvernement a besoin du vote des parlementaires LR pour faire passer la loi au parlement sans avoir à utiliser le 49-3.

Face à ce coup de pression des LR, le gouvernement n’a pas tardé à réagir et à appeler au « dialogue ». Le ministre de l’Economie Bruno Maire de son côté a appeler à « plus de fermeté sur l’immigration » tandis que Gérald Darmanin va rencontrer les LR ce jeudi afin de trouver des compromis sur le texte.

Même si la proposition de réformer la constitution, proposition phare de l’extrême-droite, a peu de chance d’aboutir il est certain que l’offensive proposé par Les Républicains et les discussions avec le gouvernement ne pourront aboutir qu’à un durcissement des attaques xénophobes contre les immigrés. Des attaques qui promettent toujours plus de répression et de précarisation contre les immigrés.

Et ce alors que le gouvernement n’a pas attendu la droite ou l’extrême droite pour mener des offensives contre les migrants. Récemment, le gouvernement avait mené une offensive xénophobe en présentant les immigrés comme les responsables de la « fraude sociale ».
La profonde crise du régime de la Vème République ouverte par le mouvement contre la réforme des retraites pousse le gouvernement et les forces politiques du régime comme les LR à durcir toujours plus leurs offensives et ce en visant en premier lieu les plus précaires et les plus exploités de la classe ouvrière, à savoir les immigrés. Contre cette fuite en avant réactionnaire, autoritaire et xénophobe, il y a urgence à ce que le mouvement ouvrier et le mouvement social se mobilise également pour remettre en cause ce régime à bout de souffle et qui promet toujours plus d’attaques contre notre camp social.

Pour soutenir RP, faites un don !

Facebook Twitter
Campagne raciste : l'imam Mahjoubi menotté devant ses enfants et envoyé en centre de rétention

Campagne raciste : l’imam Mahjoubi menotté devant ses enfants et envoyé en centre de rétention

Appel à « dégager » Urgence Palestine : un texte policier contre les soutiens de la Palestine

Appel à « dégager » Urgence Palestine : un texte policier contre les soutiens de la Palestine


Georges Abdallah, un résistant communiste emprisonné depuis 40 ans qui révèle l'hypocrisie de Macron

Georges Abdallah, un résistant communiste emprisonné depuis 40 ans qui révèle l’hypocrisie de Macron

Avant de salir Manouchian, Le Pen déjeunait avec l'AfD qui appelle à la « remigration »

Avant de salir Manouchian, Le Pen déjeunait avec l’AfD qui appelle à la « remigration »

Marseille. La mairie vote la suspension des aides à l'UNRWA et acte son soutien au génocide

Marseille. La mairie vote la suspension des aides à l’UNRWA et acte son soutien au génocide

Réforme du logement social : une nouvelle offensive anti-pauvres

Réforme du logement social : une nouvelle offensive anti-pauvres

Près de 700 millions d'euros retirés à l'Education : en plus du tri social, l'austérité

Près de 700 millions d’euros retirés à l’Education : en plus du tri social, l’austérité

Non au jumelage de Bordeaux avec Ashdod, ville israélienne qui bloque l'aide humanitaire vers Gaza !

Non au jumelage de Bordeaux avec Ashdod, ville israélienne qui bloque l’aide humanitaire vers Gaza !